Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

« Nous avons été fondées en 1930 et sommes arrivées à Brou-sur-Chantereine (Seine-et-Marne) dès 1933. Nos fondateurs voulaient offrir une possibilité de vie monastique à des jeunes femmes atteintes dans leur santé. Dans notre communauté, il y a toute sorte de limites dues à la santé, toute sorte de maladie ou de handicap physique qui sont pris en compte. Nous évitons de trop en parler entre nous, car c’est pour servir le Seigneur que nous sommes venues au monastère, et nous aimons mieux vivre dans la joie.

Notre vie bénédictine s’articule autour des temps de prière communautaire (office des lectures, laudes, messe, vêpres, complies ou vigiles ) qui sont comme des piliers sur lesquels s’appuie la prière, aussi continuelle que possible, de chacune. Nous aimons vivre dans l’enceinte du monastère pour garder le recueillement. Nous accueillons beaucoup de personnes qui viennent se recueillir près de la communauté, des scouts qui campent dans le parc, des bénévoles, mais nous n’avons pas d’œuvre apostolique.

Par rapport aux autres bénédictines, avec lesquelles nous sommes souvent en contact, nous ne vivons pas l’ascèse (les efforts) de la même manière, mais à travers une vie fraternelle plus proche, avec plus d’entraide. Bientôt, nous ferons partie de la congrégation des bénédictines de Sainte-Bathilde qui compte des monastères en France, au Bénin, à Madagascar, au Vietnam et une fondation en Éthiopie.

Nous sommes très centrées sur le Vendredi-Saint et sur Pâques, et nous vivons chaque fin de semaine comme les trois derniers jours de la Semaine Sainte (le « triduum ») : le jeudi soir, l’heure de veille auprès de Jésus au jardin des oliviers nous rassemble, le vendredi est une journée toute tournée vers la Croix avec plus de temps de silence, et le samedi soir, nous célébrons des vigiles de la résurrection. La Croix peut effrayer, mais c’est elle aussi qui nous permet d’unifier notre personne en faisant du défaut de santé un chemin pour aller à Dieu, lui répondre, selon sa volonté. Ainsi peut-on comprendre notre devise : « Amen, Alleluia ! »

Un article paru sur le site « Chrétiens aujourd’hui » 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *