Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Fuir le monde ?

Avoir quitté le monde, un aveu de peur, de faiblesse ?

Peut-être aux yeux de certains de mes proches…
qu’importe ce que chacun pense.
Personnellement, je sais ce qu’il m’a coûté de lâcher mon métier, mes amis…
une certaine sécurité…
pour une vie fondée sur l’exigence
des vœux de pauvreté, d’obéissance… de chasteté…

Dans l’oraison, j’ai retrouvé tout ça… C’est dans l’oraison maintenant
que je visite les maisons
non seulement de Lomé mais de Nevers,
que je visite les hôpitaux, ceux qui n’ont personne
pour rester à côté d’eux.

Je suis convaincue, et je ne sais comment, que quand je prie pour ceux qui sont seuls,
ils n’auront personne à côté d’eux pour leur dire les paroles que je dis
mais dans le fond de leur cœur, ils entendent.

Comme la Petite Thérèse qui voulait parcourir le monde en annonçant l’Evangile,
je me suis dit :

« Pff ! Eh bien ! ça fait la même chose !…
Et la Légion de Marie que j’ai quittée et le Carmel !
J’étais limitée, je ne rencontrais que ceux vers qui mes pas me conduisaient
tandis que là je suis devenue la petite sœur universelle :
à l’autre bout du monde, celui qui souffre entend ma voix par mes prières.

Partage cet article