Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

abbaye maumont vie monastique 5814° dimanche T.O. (Année C)

Lc. 10, 1-12. 17-20                                    

  Quel zèle anime Jésus pour envoyer ainsi ses disciples vers une mission impossible au premier abord ? Depuis que leur Maître a pris la route de Jérusalem, ils sont de plus en plus associés au Règne de Dieu qu’il vient établir au milieu du monde. Le but ? Apporter à tous la paix.

   Il ne s’agit pas d’assurer la cessation de tout conflit. La paix, dans la Bible, va beaucoup plus loin et se teinte de couleurs bien différentes : le sens de la vie, la vie en plénitude.

     « Envoyer des ouvriers pour la moisson » évoque ce grand projet de rassembler les humains pour qu’ils découvrent que toute existence a « du prix aux yeux du Seigneur » comme le souligne le prophète Isaïe, qu’une vraie fraternité est possible, que les hommes de bonne volonté peuvent avancer ensemble vers le bien.abbaye maumont vie monastique 52

   « La moisson » dont il est question dans ce texte, ne doit pas être confondue ou assimilée avec la mission. La prière demandée par Jésus : « Priez le Maître de la moisson d’envoyer des ouvriers pour sa moisson » n’est pas une prière pour demander des prêtres.

   Chaque disciple est concerné. Est en jeu l’urgence à recevoir l’éternelle nouveauté de l’Évangile. « Ni bourse, ni sac, ni sandale » seulement la joie de partager avec le plus grand nombre ce qui nous fait vivre intensément :

  « Dans sa venue, le Christ a apporté avec lui toute nouveauté » (Saint Irénée).

  abbaye maumont vie monastique 43« Dans toute forme d’évangélisation, la primauté revient toujours à Dieu, qui a voulu nous appeler à collaborer avec lui et nous stimuler avec la force de son Esprit. La véritable nouveauté est celle que Dieu lui-même veut produire de façon mystérieuse, celle qu’il inspire, celle qu’il provoque, celle qu’il oriente et accompagne de mille manières. Dans toute la vie de l’Église, on doit toujours manifester que l’initiative vient de Dieu, que c’est « lui qui nous a aimés le premier » (1 Jn. 4, 19) et que « c’est Dieu seul qui donne la croissance » (1 Co.3, 7) » (Pape François).

   Ainsi, et Jésus le répète deux fois dans cette page d’Évangile : « Le Règne de Dieu s’est approché ! » Bien souvent, nous ne le voyons pas, nous ne savons pas le reconnaître. Et pourtant, il est là puisque Dieu ne quitte pas son peuple et continue à le conduire et le conduira jusqu’au terme, qu’Il est lui-même !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *