Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

valognes 189Témoignages croisés de 3 religieuses :

Comment avez-vous ressenti l’appel de Dieu ?

– Sœur Marie Placide
J’ai voulu être religieuse enseignante mais les supérieures préféraient que je sois majeure, j’ai attendu donc mes 21 ans, mais ce fut un non. Peu de temps après, je suis tombée malade (typhoïde), soignée j’ai redemandé à entrer comme religieuse, ce fut un autre non. J’ai eu la tuberculose et guérie je retourne demander : un autre non. …A ce moment le médecin de famille m’a donné l’adresse d’un monastère qui acceptait les personnes de santé plus fragile : La Paix Notre Dame… Je suis là où le Bon Dieu me voulait !

– Sœur Marie Esther
Toute petite, je connaissais une religieuse qui respirait l’Amour. C’est cette voix d’amour qui m’a attirée. J’ai commencé une vie active au service des malades mais je me suis aperçue que j’étais plus attirée vers une dimension intérieure…ma sœur est entrée à la Chartreuse, la voyant heureuse et épanouie, …je me suis tournée vers la vie contemplative faite de simplicité.

– Soeur Ange Marie
C’est un désir qui vient du cœur profond, qui revenait très souvent. En même temps attirant et qui faisait peur …peur car c’est trop grand, on se sent tout petit…A cet appel mystérieux, il est important d’en parler.
 

Quelles sont vos joies, vos attentes ?

– Faire la volonté de Dieu…

– Partager, faire le bonheur de mes sœurs pour plaire à Dieu.

– Etre heureuse, plus humaine et aimer toujours plus le Seigneur
 

Que vous apporte la vie communautaire ?

– Un soutien mutuel. On travaille ensemble.

– L’amour de notre prochain nous remet en question sur notre amour de Dieu. Le partage du chant nous apporte des richesses. Il y a une complémentarité dans la vie communautaire.

– La vie communautaire c’est un parfum, un réconfort, un roc sur lequel on est stable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *