• Carmélites

    Les Carmélites

    Aux 12ème siècle, s'inspirant du prophète Élie, des ermites vivent dans les grottes du Mont Carmel, insistant sur la prière. Au 16ème siècle, Sainte Thérèse d'Avila et Saint Jean de la Croix fondent les Carmes déchaussés.
    Aimer, c'est tout donner et se donner soi-même
    Sainte Thérèse de Jésus

Carmel Notre-Dame de Surieu

Elisabeth de la Trinité

carmel de surieu - Elisabeth de la Trinité

Vendredi 8 novembre - Fête de Sainte Élisabeth de la Trinité

Horaires de la Messe et des Offices monastiques en page d'accueil du Carmel de Surieu (horaires de semaine)

Élisabeth Catez (1880-1906) est née dans une famille chrétienne près de Bourges, elle a eu très tôt un attrait pour la prière avec le désir de devenir carmélite. Elle entre au Carmel de Dijon en 1901 et reçoit le nom d'Élisabeth de la Trinité. Elle écrit la prière "Ô mon Dieu, Trinité que j'adore" qui résume sa spiritualité, et découvre dans une épître de Paul sa vocation de "louange de gloire". Elle meurt à l'âge de 26 ans. Elle a été béatifiée par le pape Jean-Paul II le 25 novembre 1984, et canonisée le 16 octobre 2016 par le pape François.

Plus un texte d'Elisabeth pour prier :

Chère petite sœur,

Oh ! jamais je n'ai tant aimé la sainte Vierge ! Je pleure de joie en pensant que cette Créature toute sereine, toute lumineuse est ma Mère et je me réjouis de sa beauté comme un enfant qui aime sa mère...

carmel de surieu - Elisabeth de la Trinitécarmel de surieu - Elisabeth de la TrinitéPetite sœur chérie, il faut rayer le mot “découragement” de ton dictionnaire d'amour ; plus tu sens ta faiblesse, ta difficulté à te recueillir, plus le Maître semble caché, plus tu dois te réjouir, car alors tu Lui donnes, et n'est-ce pas meilleur de donner que de recevoir, quand on aime ? Dieu disait à saint Paul : “Ma grâce te suffit, car la force se perfectionne dans la faiblesse”, et le grand saint l'avait si bien compris  qu'il s'écriait : “Lorsque je suis faible, la force de Jésus-Christ habite en moi”. Qu'importe ce que nous sentons : Lui, Il est l'Immuable, Celui qui ne change jamais : Il t'aime aujourd'hui comme Il t'aimait hier, comme Il t'aimera demain.

Même si tu Lui as fait de la peine, rappelle-toi qu'un abîme appelle un autre abîme et que l'abîme de ta misère, petite Guite, attire l'abîme de sa miséricorde... Il m'attire beaucoup vers la souffrance, le don de soi ; il me semble que c'est le terme de l'amour. Petite sœur, ne perdons pas un sacrifice, il y en a tant à recueillir dans une journée... (Lettre 298, du 16 juillet 1906, à sa sœur Guite).

Si tu veux, tu peux télécharger une carte d'Elisabeth pour l'envoyer à tes ami(e)s en partage d'amitié.

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.