• Carmélites

    Les Carmélites

    Aux 12ème siècle, s'inspirant du prophète Élie, des ermites vivent dans les grottes du Mont Carmel, insistant sur la prière. Au 16ème siècle, Sainte Thérèse d'Avila et Saint Jean de la Croix fondent les Carmes déchaussés.
    Aimer, c'est tout donner et se donner soi-même
    Sainte Thérèse de Jésus

Carmel Notre-Dame de Surieu

Tous les Saints

carmel de surieu - Tous les SaintsVendredi 1er novembre - Solennité de Tous les Saints

Horaires de la Messe et des Offices monastiques en page d'accueil du Carmel de Surieu (horaires du dimanche)

Cette cité n'aura pas besoin de la lumière du soleil,
mais Dieu le tout puissant l'illuminera

Dans les hauteurs est établie la cité de Jérusalem. Son bâtisseur est Dieu. Le fondement de cette cité est unique : c'est Dieu. Unique aussi est le fondateur : c'est le Très-Haut, lui-même, qui l'a fondée. Unique est encore la vie de tous ceux qui vivent en elle ; unique est la lumière de ceux qui la voient, unique est la paix de ceux qui se reposent, un est le pain dont tous se rassasient ; une est la source à laquelle tous puisent un bonheur sans fin. Et tout cela, Dieu l'est lui-même, lui qui est tout en toutes choses : l'honneur, la gloire, la force, l'abondance, la paix et tous les biens. Un seul suffit à tous.

Cette cité solide et stable demeure éternellement. Par le Père, elle luit d'une lumière éclatante ; par le Fils, Splendeur du Père, elle se réjouit, elle aime ; par l'Esprit Saint, Amour du Père et du Fils, elle existe et se modifie, elle contemple et s'illumine, elle s'unifie et se réjouit. Elle est, elle voit, elle aime. Elle est parce qu'elle met sa force dans la puissance du Père ; elle voit parce qu'elle brille de la sagesse de Dieu ; elle aime parce qu'elle a sa joie dans bonté de Dieu. Bienheureuse est cette patrie qui ne craint pas d'adversité, qui ne connaît rien sinon les joies de la pleine connaissance de Dieu.

carmel de surieu - Tous les SaintsCette cité n'aura pas besoin de la lumière du soleil, mais Dieu le tout puissant l'illuminera. Son flambeau est l'Agneau : l'Agneau de Dieu, l'Agneau sans tache que le Père envoya dans le monde en victime salutaire.

Lui, il est très beau d'aspect, très désirable à voir, c'est lui que les Anges désirent contempler. C'est un roi pacifique, dont la terre entière désire voir le visage. Il est l'ami des pauvres, le consolateur des affligés, le gardien des tout petits, Il est l'autel d'or dans le Saint des Saints, le doux repos des fils, un spectacle agréable aux anges. Il est le trône sublime de la suprême Trinité élevé au-dessus de tout, lui qui est béni dans les siècles. Il est la couronne des saints, la lumière de tous, la vie des anges.

Ô que lui rendrons-nous pour tout ce qu'il nous a donné ? Quand serons-nous enivrés de l'abondance de la maison de Dieu, voyant la lumière dans sa lumière ? Quand donc apparaîtra le Christ, notre vie, et serons-nous avec lui dans la gloire ? Quand verrons-nous le Seigneur Dieu dans la terre des vivants, le pieux rémunérateur, la vision de la paix, l'habitant du repos, le consolateur des affligés, le premier-né d'entre les morts, la joie de la résurrection, l'homme de la main droite de Dieu, celui qu'affermit le Père ? Il est le Fils de Dieu, choisi entre des mille. Écoutons-le, croyons en lui, ayons soif de lui ; que nos yeux ruissellent de désir... (Anonyme du XIIe siècle).

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.