Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

                                  ÉPIPHANIE DU SEIGNEUR

   Mt. 2, 1-12                                                             

   L’infiniment grand et l’infiniment petit se rencontrent aujourd’hui. Notre terre sert de cadre à ce contact ténu, fugace en apparence, mais dont le murmure à peine audible a changé le devenir du monde. « Voir une étoile à l’orient » et se lever pour la suivre, voilà qui est déjà surprenant. « Voir une étoile à l’orient » et y reconnaître un signe, une présence, l’est encore bien davantage. Et pourtant, voici que des scrutateurs du ciel se mettent en route. Ils viennent de loin.

    Le but de leur voyage ? Le connaissent-ils ?

    Un astre, seul, les tire sur le chemin, leur fait quitter le connu vers…un ailleurs ! Un astre singulier pour désigner l’Unique : « Son étoile » !

    Celle qui parle en silence, qui brsoleil grande allee abbaye maumontille sans éclat, mais tellement autrement que les autres. Aucune ne lui est semblable. Elle porte même un nom, semble-t-il : « Le-Roi-des-Juifs-qui-vient-de-naître » ! Jérusalem est en émoi. La couronne oscille sur la tête d’Hérode. La défaite ? Un autre vient le supplanter, lui arracher son prestige, son autorité, son pouvoir. Jamais, jusqu’ici, il n’avait pensé une chose pareille. Quelle puissance pourrait le supplanter ? Même venue du ciel ? Ce n’est pas une puissance humaine.

   C’est l’humilité divine qui est là et à laquelle il ne peut ni ne veut rien comprendre. Ce sont des hommes, venus de loin, sondeurs des profondeurs, qui « se prosternent », « offrent leurs présents : de l’or, de l’encens, de la myrrhe » à l’Enfant qu’une étoile inscrit dans l’Histoire de Dieu avec les hommes.

   Oui, aujourd’hui NOËL reçoit sa véritable densité. NOËL resplendit de clarté. NOËL ouvre nos yeux sur l’Enfant que nous ne connaissons pas encore.

  L’étoile rayonne de questions insoupçonnées jusqu’alors.

 étoile abbaye maumont Alors, ne fermons trop vite le Livre. Ne quittons pas en hâte Bethléem pour revenir à nos contrées. « Un autre chemin » s’ouvre. Prenons-le, à la suite de Celui auquel nous n’offrons plus « ni l’or, ni l’encens ni la myrrhe » matérielles, mais notre gratitude pour notre Roi, notre prière jaillie de nos cœurs, notre désir fort de marcher jusqu’au bout, éclairés par sa Présence qui ne cesse de nous dire : « Ne crains pas, je suis avec toi ! »

   Quelle plus belle promesse peut nous être faite en ce début d’année ! Nous savons qu’elle est vraie et que nous pouvons fonder toute notre espérance sur elle.

   Alors, BELLE ANNÉE 2021 A TOUS !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *