Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

abbaye maumont vie monastique 4523°dimanche T.O. (Année C)

Lc. 14, 25-33                                  

     A l’heure où la reprise de nos activités a sonné, peut-être avons-nous choisi pendant nos vacances, de prendre quelques options différentes de nos habitudes pour vivre mieux, alléger notre marche, ne plus être esclaves du temps, de nos agendas. Certains renoncements sont tellement salutaires pour que le quotidien en soit plus un souci mais un allié, un don. Où placer le curseur sur l’échelle de nos priorités ? Avant de former des projets, prendre le temps nécessaire de s’asseoir, de prévoir. « Rien ne sert de courir, il faut partir à point » disait déjà La Fontaine. Sagesse qui traverse les siècles sans prendre une ride. Notre présent y reviendrait-il ?

    Que d’ouvrages, d’articles dans les journaux, de témoignages, de documentaires depuis quelques mois nous sensibilisent sur le renoncement ! Et nous voilà partis avec l’idée négative que nous allons vers des restrictions qui vont faire obstacle à notre liberté ! C’est possible ! Cela peut être imposé par les circonstances.

   Mais, hors ce cas, nous pouvons aussi choisir cette option, option préférentielle pour que nos priorités aient la première place et que ce qui est secondaire soit appréhendé comme tel. Car renoncer pour renoncer n’a pas de sens ! Si j’opte pour le renoncement, c’est en vue d’un « pour », d’un « plus » et non d’un « moins », aussi paradoxal que cela puisse paraître. Ainsi, renoncer n’est plus négatif, privatif. Il est inventif, créatif, capable d’inaugurer un nouveau rapport au monde.   .

  abbaye maumont vie monastique 90  Vous connaissez tous le désormais fameux « to do list». Quelqu’un a eu l’idée de le transformer en « Tout doux liste ». Pas mal !!! Peut-être pourrions y inscrire le positif de telle ou telle rencontre, d’un moment d’émerveillement durant un moment de gratuité volé à l’écran…. !

   Cela peut avoir un effet salutaire sur tout le reste de notre existence, parce que là, je deviens libre, affranchi de tout ce qui peut me retenir loin de moi, loin des autres, loin de Dieu.

   Jésus nous précède dans cette attitude. Nous ne le voyons jamais jouer avec le temps.

  Pas le temps !!! Jésus !!! Tantôt enseignant, tantôt guérissant, tantôt en prière. Toujours marchant, mais jamais courant d’un point à l’autre. Il se déplace. Le moment présent est son lieu, son urgence, son important.

  Dès lors,  » porter sa croix sa suite » serait porter sa vie à son plus haut point d’intensité, dans l’abandon de tout son être, donnant à chaque instant son poids d’amour.

 abbaye maumont vie monastique 98

  Bonne rentrée à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *