Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

S’épanouir… dans les murs d’un monastère…?…?…?

S’enfermer toute une vie dans un même endroit ?

S’enfermer ? Vu de l’extérieur, on peut envisager les choses sous cet angle, je te l’accorde…
Permets-moi, si tu veux bien, de t’offrir un autre angle de vue…
Au verbe « s’enfermer », je préfèrerai celui d’habiter, demeurer, … se cacher… se blottir, se trouver.. peut-être..VIVRE !
en tout cas..!
j’oserai dire «choisir » un espace… favorable dans la durée, à une intimité privilégiée avec le Seigneur…

Êtes-vous heureuse ?

O.K ! Là est la vraie question ! et on aurait envie de répondre aussi vite :

Nous sommes toutes rentrées pour être heureuses ! Pas maso, quand même !
Ceci dit, peut-être que ce n’est pas tout à fait aussi simple que cela !
En fait, de quel bonheur parles-tu, de quels bonheurs parle-t-on ?
Des p’tits bonheurs au quotidien… qui peuvent aller d’un bon repas, à une rencontre sympa, une réussite professionnelle ou un super mariage…
sans oublier les petits plaisirs un peu centrés sur soi… ou….de ce bonheur profond… enfoui comme une attente au plus intime de chacun….
N’est-ce pas cette soif, inscrite au plus loin de notre être, qui nous met chacun, chacune, en route vers la Source…
Oui, c’est de ce bonheur-là que nous pouvons dire que nous sommes heureuses… de ce bonheur… à la fois unique et le même pour chacune !
Unique, parce qu’il est relation intime, secrète avec Celui aux yeux de qui chacun est unique…  le même, car il est au cœur de toute créature, soif inaltérable, du cœur à cœur avec Dieu, de l’image et ressemblance avec Celui qui nous a crées..

Pourquoi  avez-vous quitté le monde ? par aveu de faiblesse ? Peur ? Fuite ???

La question a le mérite d’être claire…
O.K. En deux mots, nous sommes rentrées au monastère pour nous protéger !
A voir, si à l’aune de la durée, ça tient la route ! Loin d’être sûr !

Que penses-tu de l’épreuve du face à face avec soi-même… dans le silence de la prière ?
N’est-il pas aux yeux de la plupart de nos contemporains aussi redoutable
que ce monde dont nous aurions eu peur ? …

D’ailleurs, avons-nous vraiment « quitté le monde » ?
C’est une manière de dire, certes, elle a donc ses limites..
Nous avons choisi un certain retrait … qui nous permet de prendre du recul et d’ouvrir au maximum notre espace de vie à la rencontre avec le Seigneur dans le silence..
mais le monde, il est bien là, au cœur de notre prière et du don même de toute notre vie..

Partir une journée faire du shopping….
Retrouver mes amies, changer de vie, revenir dans le monde….Voyager….

Question de priorité, peut-être ?

Le tout n’est-il pas de savoir ce qui est le plus important pour nous, ce qui nous ouvre à la vraie joie, celle de notre cœur profond…?

Pas difficile de comprendre qu’on soit attiré par les petits plaisirs du quotidien.
Pour la plupart, ils n’ont rien de mauvais, bien au contraire !

Mais, parfois, on peut découvrir en soi, un désir plus profond, plus impérieux, qui instaure comme une priorité dans nos vies et nous invite à des choix parfois difficiles, mais, qui nous ouvrent à une joie nouvelle

Coupée du Monde, quel ennui ?

Peut-être, est-ce un peu vite dit !
Sûr, que notre choix de vie implique en lui-même, une mise à distance,
mais elle n’a de raison d’être que pour nous permettre de vivre ce qui nous tient le plus à cœur,
une intimité profonde et vivante avec le Seigneur. 

Notre choix fait écho à l’invitation que Jésus fait à ses disciples au retour de leur première mission : Venez à l’écart !
Si on lit la suite du texte de l’Evangile, on s’aperçoit très vite, que la foule vient envahir sans tarder cet espace à l’écart…

Sans doute, est-ce là, une image de notre retrait.. Nous prenons nos distances, mais la vie du monde ne cesse de s’inviter dans notre cœur et notre prière.

Prier toute la journée, c’est pas trop fastidieux ?

Christ en croix 2A toi de juger !

Ste Thérèse de Jésus définit la prière, comme « un dialogue intime où l’on s’entretient  souvent, seul à seul, avec Celui dont nous savons qu’il nous aime. »…

Vivre toute la journée avec un ami, avec son meilleur ami, cela peut-il être par trop fastidieux ?

Partage cet article