Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

feuilles umire abbaye maumont   Dimanche des Rameaux et de la Passion du Seigneur

   Que ce passe-t-il ce matin ? Qui passe ce matin ? Aux portes de Jérusalem… Le ciel scintille de clartés inaccoutumées. Peut-être même que ce sont les cieux tout entiers avec le soleil et le vent qui jouent avec les oliviers.

  Quelques jours encore, la Pâque. La nature frissonne, se prépare, se pare. Que se passe-t-il ce matin ? Qui passe ce matin ? C’est le matin qui passe pour ouvrir le Jour, pour ouvrir les jours de la Pâque.

    Les disciples obéissent en tout à Jésus. Il dit et ils font. Voilà encore qui est étrange. Il n’en va pas toujours ainsi ! C’est que, sans qu’ils le sachent – ils ne pourraient le comprendre ni l’accomplir, une parole divine en eux écrit un accomplissement que leur Maître inscrit ce matin aux portes de Jérusalem. Ils peuvent encore penser qu’ils sont ainsi restés avec lui jusqu’au bout. Mais savent-ils ce qu’ils font ces disciples quittant leurs vêtements pour revêtir un ânon, une bête de somme embellissant ainsi le trône de Jésus ? Oui, ils auront tout fait pour lui par ce geste qui les dépouille.Extérieurs 34

  Il fallait ce geste pour honorer celui que les foules acclament comme « Fils de David », « ton Roi qui vient à toi. » Il fallait aussi l’olivier en grande profusion de verdure, lui le roi des arbres du livre des Juges (Jg. 9) auquel les autres arbres déclarent : « Viens, toi, règne sur nous. »

  Et les oliviers de réagirent à leur tour : nous perdons nos branches d’un seul coup ce matin ! Pourquoi ? Qui s’acharne contre nous qui n’avons que de bonnes choses à offrir ? Ah oui, Justement, offrez, chers amis oliviers, ce que vous avez de meilleur, votre beauté, votre vert, votre ampleur, votre senteur. Rien n’est trop beau pour « le Prince de la Paix ». Reconnaissez pour chacun de vous et pour vous et tous ensemble, aujourd’hui, la plus belle aventure de votre verdoyance. Comme les foules, comme les disciples, laissez-vous dévêtir. Que la création rejoigne les créatures du même Créateur pour préparer la route au Sauveur et chanter : « HOSANNA ! » « Sauve donc ! » « Sauve, je t’en prie ! »

  palme abbaye maumontAcclamation, supplication, appel, rumeur, flux de voix. Vêtements jetés là, vêtements neufs, vêtements de fête pour cette entrée inédite à Jérusalem. Des rouges, des dorés, des bleus, des verts, des orangers, des mordorés, tous étalés comme arc-en-ciel sur la terre.

  Mosaïque dont chaque éclat déposé dessine la silhouette et le visage de Celui qui entrant en pèlerin, traversera les jours jusqu’au Jour du linceul neuf, blanc épris d’une humanité nouvellement parée.

   C’est ce qui se passe déjà aujourd’hui aux portes de Jérusalem.