Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

branches mortes abbaye maumont3° dimanche de Carême   Année c

Lc. 13, 1-9                             

   Colère. Révolte. Premières réactions épidermiques et bientôt la parole à travers un « pourquoi ? »Pourquoi le Covid ? Pourquoi les conflits armés dans le monde ? Pourquoi la famine dans tant de pays ? Pourquoi les maladies ? Pourquoi tant de souffrances ?

   N’en restons pas là sous peine de sombrer, ou de s’enfermer à jamais.

                                                                       Mais y a-t-il une réponse ?

  Dans la première lecture de ce dimanche (Ex. 3, 1-15), Moïse pose un « pourquoi » devant « le buisson qui brûlait sans se consumer » : « Pourquoi le buisson ne se consume-t-il pas ? » C’est alors que Dieu l’appelle simplement par ces mots : « le lieu où tu te tiens est une terre sainte ! » Pas de réponse à la question. Mais Dieu est là ! « JE-SUIS !»

  « Écoute ! Incline l’oreille de ton cœur ! » (Premiers mots de la Règle de saint Benoît). Non une passivité, mais un consentement actif qui se tient là et entend. « Pourquoi ? » La question lancinante qui habite « des gens » venus trouver Jésus pour lui rapporter un fait divers : des Galiléens massacrés par Pilate. Or, Jésus ne répond pas, mais renchérit en en proposant un autre. Cherche t-il à provoquer ? Non ! Il appelle à se positionner personnellement, à un sursaut devant ce qui nous choque.défragmentation coeur abbaye maumont

  Appel à ne pas s’endormir, comme le reprit plus tard le philosophe Pascal : « il ne faut pas dormir pendant ce temps-là. » Appel à se réveiller, à prendre du recul.

  Une figure biblique illustre bien ces attitudes : Job. Le livre qui porte son nom est parcouru de « pourquoi », comme d’un fil rouge jusqu’au chapitre 40 où il confesse humblement devant son Dieu : « Je mets ma main sur ma bouche » (Jb. 40, 4).

   Nos « pourquoi ? » restent comme des cris sans réponse. Jésus non plus n’y répond pas.

  Il nous propose de sortir de cette impasse qui nous rendrait désabusés, sans espérance. Il nous remet en mouvement. Il nous dit : cherchez comment agir aujourd’hui contre ce qui détruit l’humain pour que demain soit meilleur. En appelant « pourquoi ? » nous demandons ce que nous ne savons pas, mais que Dieu nous donne.

contraste abbaye maumont  Le lien est fort avec la parabole que Jésus utilise dans ce contexte.

 Le fruit attendu, ne serait-ce pas cette attitude nouvelle de ne pas vouloir à tout prix tout comprendre ?

  Accueillir la manière dont Dieu, avec patience, donne encore sa chance à qui se tient prêt à s’abandonner à son travail en nous.