Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

bec de perroquet abbaye maumont   4° dimanche T. O. B

   Mc. 1, 21-28

  Quel désir éveille mes pas ce matin, pour grandir en humanité, aider et soutenir ? Un flot de mots n’équivaut pas le poids d’une seule parole de sagesse, concise et percutante. Un flux d’images ne comble jamais la quête de beauté qui nous habite tous.

  Un seul paysage, une pensée bonne qui traverse mon esprit et mon cœur, un geste bien fait dans le plus quotidien, quelle récolte de bonheur, quel baume sur le monde, sans bruit ! Quelle victoire sur la violence et tout ce qui défigure l’humain ! Jésus ouvre et creuse ce sillon devant mes avancées peut-être hésitantes et les affermit comme dans la page d’Évangile de ce dimanche.

   « Jésus et ses disciples entrèrent à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, Jésus se rendit à la synagogue, et là, il enseignait ». Peut-on être plus clair en quelques mots ? Si je cherche une simplicité pour mieux saisir toute chose en vérité, si ce qui complique ma vie se fait lourd, je peux me mettre à l’école de Jésus qui ouvre des passages et fraie des chemins. Il vit comme tout le monde et personne ne le remarque. Seulement, « il enseignait en homme qui a autorité ». Non à partir d’une science acquise par des études savantes. Ce qui lui confère une autorité vient de ce qu’il est à la fois en relation avec Dieu et en souci des hommes, pour les faire grandir, ce qui est le sens du mot « autorité ». Jésus n’a pas de l’autorité, il se rend proche de toute situation humaine et agit dans le sens d’une transformation bienfaisante.

  Ce que Marc rend particulièrement explicite en rapportant tout de suite après son affrontement avec l’Adversaire et la délivrance de l’homme possédé. Jésus ne confond pas l’homme et sa violence. Son véritable enseignement prend cette forme inédite qui s’adresse directement à « l’esprit impur » : « Tais-toi ! Sors de cet homme ! »

   C’est d’ailleurs, suite à cette intervention vigoureuse, que le texte poursuit : « Qu’est-ce que cela veut dire ? Voilà un enseignement nouveau, donné avec autorité ! » sus n’a jamais parlé comme un érudit que seule une élite instruite aurait pu comprendre.deux jonquilles abbaye maumont

   christ icone abbaye maumontIl sait se faire proche, employer les mots que tout le monde connaît, ajuster sa parole aux circonstances.

   Jésus parle une parole qui prend corps et non qui s’apprend par cœur.

   Elle n’est pas d’encre mais de chair et ne possède que la grammaire de l’amour et de la proximité.

  Alors que notre temps est friand de ‘nouveau’, Jésus peut-il être encore reconnu, comme dans la synagogue de Capharnaüm, porteur d’une parole nouvelle, toujours à creuser pour m’en nourrir et y puiser la nouveauté de ma propre vie ? N’est-ce pas une vraie question ???????????

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *