Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

carmel de surieu - Pâques : la Résurrection du SeigneurDimanche 9 avril – Solennité de la Résurrection du Seigneur

Horaires de la Messe et des Offices monastiques en page d’accueil du Carmel de Surieu

Voici le jour que fit le Seigneur,
exultons de joie et réjouissons-nous en Lui !

Le Soleil de justice se lève aujourd’hui et il éclaire toute la création. Fixons les yeux sur ce lever d’un Soleil qui ne connaîtra pas de déclin. Aujourd’hui, devançons le jour, et que la joie de sa lumière nous envahisse.

 Le Christ, la résurrection, se lève et ce qui était auparavant sans grâce, resplendit de joie et de beauté. Il ressuscite et offre la joie en présent à toute la création.

carmel de surieu - Pâques : la Résurrection du SeigneurL’Église qui est dans le Christ, devient aujourd’hui un ciel nouveau, un ciel plus agréable à contempler que le soleil visible. Il est le Soleil qui donne la sagesse, c’est lui le fondement de notre foi. Par lui, le Christ, Soleil de Justice, l’Église devient un ciel resplendissant de quantité d’étoiles, jaillies de la piscine baptismale dans leur lumière neuve.

« Voici le jour que fit le Seigneur, exultons de joie en esprit et réjouissons-nous en Lui, pleins d’une joie divine ». Car pour nous, cette fête est la Reine de toutes les fêtes. C’est la fête de tout l’univers, sa consécration et son salut. C’est le jour qu’a béni le Seigneur, qu’il a sanctifié, car il s’est reposé de toutes ses œuvres. En ce jour « notre Pâque, la Pâque véritable, le Christ, a été immolée », et dans le Christ est une création nouvelle, puisque dans le Christ est une nouvelle loi, un nouveau peuple de Dieu, une Pâque nouvelle, une nouvelle et divine alliance.

Renouvelez-vous donc en ce jour, rajeunissez vos cœurs dans un esprit de droiture, de façon à percevoir les mystères de cette fête vraiment nouvelle, et à pouvoir jouir vraiment des joies célestes. Allez, mettant en lumière, à la place des anciens mystères, ceux de la nouvelle Pâque qui ne vieillissent jamais (Épiphane, “Homélie”).