Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

baskets abbaye de maumontSAINTE MARIE MÈRE DE DIEU

Lc. 2, 16-21                                                           

   N’entendons-nous les pas des messagers dont Isaïe nous parlait au jour de Noël ? Les voici ! Ces bergers : « glorifiaient et louaient Dieu pour tout ce qu’ils avaient entendu et vu ». Leurs pas font résonner les temps et l’histoire de l’humanité. Depuis Bethléem (« Maison du pain ») se déploie l’immense rumeur de l’avenir du monde, une espérance contre toute espérance, blottie dans une simple mangeoire, nourriture inépuisable pour toutes les générations. Étonnement autour du message venu de si loin, d’un lieu si isolé.

   Comment y croire ? Comment le recevoir ? Pourquoi vient-il encore jusqu’à nous ? Parce que quelqu’un, Marie, « retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. »vierge guinee abbaye maumont

   Marie, au cœur de la célébration de ce premier jour de la nouvelle année, fait signe.

   Signe de l’attention à porter sur les événements non de simples informations : l’une chasse l’autre et ainsi de suite…, mais des paroles à nous adressées, à accueillir dans notre être le plus profond. Avant que nos yeux soient sollicités, ce sont nos oreilles qui sont convoquées à une écoute prolongée, orientée vers la méditation.

  C’est vraiment une expérience vitale à s’offrir alors que nous sommes abreuvés de nouvelles parfois lourdes à porter. Si nous constatons en nous et autour de nous l’angoisse s’installer, ne nous laissons pas prendre à son piège et prenons les moyens de ne pas la faire loger chez nous. Entrons en 2023 avec l’espérance chevillée au corps, le silence de Marie, la joie des bergers, non pour quitter ce monde tel qu’il est, mais pour apprendre à l’aimer, à mieux le servir là où nous sommes.

  L’Enfant de Bethléem qui reçoit aujourd’hui « le nom de Jésus », « le Seigneur sauve » nous est confié, avec sa fragilité, présent dans l’humble quotidien des jours.

  Alors avec Marie, tais-toi et attends le Seigneur. Prends le temps de la patience, de la germination.

  « Ouvrons nos cœurs à la lumière qui divinise » selon l’expression de saint Benoît !

Sample abbaye maumont

  Vos sœurs bénédictines de Maumont vous souhaitent d’accueillir les mois qui viennent comme des pages à écrire d’une encre neuve et à méditer comme Marie !

   TRÈS BONNE ANNÉE À TOUS !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *