Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

   LE CHRIST ROI DE L’UNIVERS (Année C)

   Lc. 23, mer soleil abbaye maumont35-43                                                      

  La phrase de la Règle de saint Benoît donnée en titre éclaire notre méditation de ce jour, le dernier dimanche de l’année liturgique. Nous voici invités à un moment de contemplation, à l’instant crucial où l’amour de Dieu se manifeste avec tellement de force.

   « Mer au-dessus de la mer qui tend toujours au loin ma ligne d’horizon. » (Saint-John Perse)

  Quelque chose d’incendié flamboie en cet homme « malfaiteur » pour avoir approché de si près le feu divin. Cet homme, un condamné, ébloui soudainement par Jésus en croix qui s’avoue incapable de mettre un point final à la relation avec l’humanité. Point d’incandescence.

  « Tout est résumé dans la lettre de la Croix. » (Pierre Emmanuel).croix guinee abbaye maumont

    Depuis toujours, Dieu a voulu se saisir de l’homme.

   En son Royaume, le visage le plus beau est le plus humble, le visage le plus humble est le plus beau. « Le malfaiteur » ne se laisse pas dépiter par sa pauvreté. Il demeure confondu d’avoir été aimé jusque-là.

   Et plus il descend dans ses abîmes, mieux il (re)connaît et rencontre le Dieu toujours plus humble. Plus il l’appelle du fond de sa lassitude, à toute extrémité.

   Risquant une prière qu’il sait déjà exaucée. Comme en bien des rencontres dans l’Évangile, se côtoient ici misère et miséricorde. La dernière avant que Jésus ne meurt.

  Sceau de son OUI livré qui ne laisse personne sur le bord du chemin.

 christ illumine abbaye de maumont

 

 

   «Regardez vers lui, votre visage resplendira » chante le psaume 33.

   « Amen, je te le dis : aujourd’hui, avec moi, tu seras en paradis. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *