Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

 « Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous d’extraordinaire ? »

 
Saluer seulement ses frères c’est déjà pas mal du tout mais ce n’est pas tellement extraordinaire. Ceux qui n’ont jamais entendu parler de l’Evangile le font aussi. Tous les êtres humains apprennent à se saluer entre frères depuis leurs plus jeunes âge, même si parfois c’est difficile et compliqué, cela reste très ordinaire… Le Seigneur aujourd’hui, nous invite à entrer non pas, dans le facile et l’agréable, pas davantage dans le compliqué et le difficile, mais à entrer dans l’extraordinaire.
 
Hier déjà, nous avons vu qu’il faut aller vers notre frère nous réconcilier avec lui car il se peut qu’il a quelque chose contre nous. Cela non plus n’est pas ordinaire… Encore une fois, ce qui nous est demandé dans l’Evangile, « dans notre vivre ensemble avec Dieu » c’est de faire des choses d’une manière « surnaturelle » la manière qui nous est étrange. Pour cela il nous faut un allié qu’on appelle « obéissance » et la commande de l’obéissance est la « confiance absolue  en Dieu ». Je sais que mon Père est Bon, il ne me veut que du bien, donc, il ne peut que me demander des choses qui sont pour mon bien, je lui fais confiance et je le fais, même si je n’y comprends rien ! Disons comme les Hébreux : « Tout ce qu’a demandé le Seigneur nous le ferons et alors nous comprendrons. » Avec le Seigneur, il faut d’abord obéir, agir, pour ensuite comprendre. L’acte de foi et la clef de la compréhension de la volonté du Père.
 
Plus haut la lecture de l’Evangile nous ordonne : « Aimez vos ennemis, et priez pour ceux qui vous persécutent ». Humainement parlant il n’y a pas plus contradictoire. La logique humaine ne peut pas admettre cette phrase trop dure. Même la philosophie de la non violence ne va pas jusque là. Les non violents ne ripostent pas par la violence à leurs agresseurs, mais ils ne les aiment pas pour autant. La nouveauté de l’Evangile est que nous allons, non seulement pas agresser ceux qui nous agressent, mais nous allons les aimer et prier pour eux. Plus loin, il nous est demandé de leur souhaiter du bien et du mal, bref de les bénir alors qu’ils nous maudissent. La raison de tout cela nous est donnée à la fois dans notre phrase de la méditation : il faut faire des choses extraordinaires, et à la fois par la phrase finale de notre évangile : « Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait ».   Vous l’aurez compris, l’extraordinaire de Dieu c’est de vivre dans la perfection de l’amour uniquement parce que notre Père l’est. Un programme atypique mais réel puisque notre Père qui sait tout, qui sait que nous en sommes capables, nous le demande.

Alors faisons confiance, allons-y !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *