Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

 « Lève-toi, va à Ninive, la grande ville païenne, proclame le message que je te donne sur elle. » (Jn 3,1)


 
Voilà la parole de Dieu qui nous est adressée en ce jour. Après avoir contemplé le Seigneur dans son amour personnel envers nous le lundi quand il nous a dit « toi suis-moi » après avoir été appelé et après avoir resté auprès du Seigneur toute la journée, il veut que par nous nos frères et sœurs, eux aussi connaissent la joie d’appartenir au Père. Le Seigneur veut compter sur nous pour aller affronter la grande ville païenne.
 
« Lève-toi, va à Ninive, la grande ville païenne, proclame le message que je te donne sur elle». Le Seigneur s’adresse à toi en ce jour et il veut que tu avances pour aller annoncer à ton frère, à ta sœur, non pas lui annoncer ce que tu pense être bon pour lui, non pas lui annoncer tes convictions à toi, le Seigneur t’envoie vers lui pour lui ! Ce que tu as à annoncer te sera donné au moment où tu seras en face de ton frère, de ta sœur. Laisse-toi surprendre par le Seigneur et aussi par ton frère ou ta sœur. Tu ne sais pas, au juste ce que le Seigneur attend de lui et tu ne sais pas davantage ce qu’il va faire du message du Seigneur du Seigneur qu’il va recevoir de /par toi. Annonce même s’il n’en fait rien ! Annonce même si par avance, tu crois connaître à qui tu as à faire… Passe tout cela, aujourd’hui c’est un jour nouveau, laisse toi guidé, « va » .
 
Jonas est prévenu, il n’est pas envoyé à Jérusalem, auprès de ses frères qui connaissent le Seigneur et qui essaient de vivre selon ses lois ; il est envoyé à « Ninive, la grande ville païenne ». Le pauvre Jonas est envoyé là où, à priori, personne n’a rien à faire avec le Seigneur, où en toute évidence, personne n’est disposée à écouter le message du Seigneur. Souvenez-vous de Moïse et de son frère Aaron devant Pharaon, quand ceux-ci lui communique le message du Seigneur, il ne trouve que cela à leur répondre : « Qui est le Seigneur, pour que j’écoute sa voix et que je laisse partir Israël ? Je ne connais pas le Seigneur ! » (Ex 5,2). Jonas qui connait les écritures sait aussi que telle pourrait être la réaction des Ninivites, c’est pour cette raison qu’au départ, il n’a aucune envie d’y aller, il traîne. Mais le Seigneur, Lui, pour qui « rien n’est perdu » il ne se lasse pas, il espère, il attend il essaye… Ses efforts sont recomposés, les Ninivites s’intéressent à sa parole et veulent vivre selon la justice !
 
Cette espérance du Seigneur pourrait-être ta motivation et ta force, pour toi aujourd’hui ; le Seigneur t’envoie vers ton frère, ta sœur, vers celui de qui tu n’espère plus rien… Le Seigneur à pour lui, à travers toi, un message de bonheur qui va le retourner de sa mauvaise conduite et qui va le tourner vers le Seigneur ; courage « va » !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *