• Bénédictins
    benoitscholastique

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Passeurs de lumière : un apprentissage qui dure longtemps !

soleil abbaye de maumont3° dimanche T.O.   (Année A)

Mt. 4, 12-23                                  

   S’ouvrir au jour, accueillir la lumière chaque matin comme un cadeau gratuit et bienveillant, ne serait-ce pas ce qui nous rend vivant ? Premières lueurs prometteuses. Quelle que soit notre activité en cet aujourd’hui, c’est à cette lumière que nous faisons confiance, comme à un commencement où tout devient nouveau, tout devient possible.

   Parfois, l’obscurité du monde nous entraîne à rechercher la vraie lumière ailleurs, peut-être par fuite, peut-être par nécessité d’aller vers les autres pour communiquer ce qui nous habite et nous fait vivre. Ainsi fait Jésus dans la page d’Évangile de ce dimanche.

   Il « quitte » et « il vient ». Ces verbes n’ont l’air de rien. Mais dans l’Évangile tout fait sens, tout fait signe. Quand Matthieu cite une prophétie d’Isaïe, il désigne Jésus, lumière pour TOUS. Et la première parole de Jésus qui suit est un appel, une étincelle dans la nuit : « Convertissez-vous, car le Royaume des cieux est tout proche ». C’est un euphémisme ; le Royaume, avec Jésus, EST LÀ ! C’est LUI ! Aussi sa marche « le long de la Mer de Galilée » le manifeste et sur son passage, des hommes se lèvent : Simon, André, Jacques, Jean… et combien d’autres au fil des siècles et jusqu’à nous. Pourquoi ? Comment ? Cette lumière porte quelque chose d’irrésistible, un feu qui saisit jusqu’au plus profond de l’être : « Venez à ma suite ! »jmclibrededroit0027

  Folie de « se lever » à cet appel et pourtant, il est capable de nous dépouiller de nos habitudes, de nous ouvrir à une expérience de plus en plus appelante encore ! « Laisser », « suivre » deux attitudes qui répondent au « il quitte » et « il vient » qui caractérisaient Jésus plus haut dans notre texte. Tel était déjà l’appel de Dieu à Abraham : « Va, quitte ! » C’est cela la conversion dont parle Jésus. Non pas des choses extraordinaires qu’il faudrait inventer ou imaginer devoir faire pour plaire à Dieu et s’attirer ses bonnes grâces. Ça pourrait toujours servir plus tard !!! Nous y rechercherions quelque intérêt auprès de saint Pierre pour qu’il nous ouvre les portes !!!! Jésus est bien loin de ces calculs. Lui-même ne calcule rien pour lui-même. Il s’engage à aller jusqu’au bout et il le fera. Il ne demande rien d’autre que ce qu’il a fait et il est lui-même en nous la force de l’accomplir.

  Les premiers appelés suivent sans poser de questions. Les voici devenus « pécheurs d’hommes », passeurs de lumière, sans bien savoir encore ce que cela signifie. Leur apprentissage commence juste ! Ils voient Jésus. Peut-être reconnaissent-ils déjà intérieurement celui qui dira un jour : « Je suis la lumière du monde », non pour se faire valoir mais pour illuminer tout homme venant en ce monde. Comme aimait à le répéter le pape Jean-Paul II : « N’ayez pas peur ! »

jmclibrededroit0276  

    Encore aujourd’hui et demain, Jésus appelle.

    Quittons et marchons à sa lumière !

    Nous ne serons pas déçus !!!

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.