• Bénédictins
    benoitscholastique

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Aujourd'hui, l'humanité naît à une nouvelle jeunesse !

eau du bapteme abbaye maumont   BAPTÊME DU SEIGNEUR

   Lc. 3, 15-16. 21-22                             

   Hier, Bethléem, une étoile, des mages

   Aujourd’hui, le Jourdain, Jean-Baptiste, le peuple, une colombe.

   Là, le Nouveau-né reconnu Roi (l’or), Visage de Dieu (l’encens), Homme (la myrrhe).

Ici, Jésus annoncé par Jean-Baptiste comme « celui qui baptisera dans l’Esprit Saint et le feu ». Déjà Dieu, enfant couché dans une mangeoire, se manifeste, humblement, au milieu de nous, l’un de nous, partageant notre condition humaine, lui révélant toute sa valeur, sa dignité, son infinie grandeur.

    En plongeant dans les eaux du baptême de Jean-Baptiste, au milieu du peuple, Jésus a voulu descendre encore plus bas pour « laver le monde de ses péchés ». Ce n’est plus une étoile qui le désigne, mais « l’Esprit Saint, sous une apparence corporelle, comme une colombe », et une voix, celle du Père : « Toi, tu es mon Fils bien-aimé ; en toi, je trouve ma joie ».

  Ainsi s’initie le dialogue du Père et du Fils qui ne cessera jamais : « Tu prendras la première voix, et moi la seconde. Ce sera un vrai canon » (Colette Nys-Mazure). eau abbaye maumont

  « Jésus priait, le ciel s’ouvrit ». Pas uniquement au-dessus de Jésus, mais définitivement sur l’humanité naissant à une nouvelle jeunesse, recevant sa véritable identité.

  L’Épiphanie déploie ainsi la proximité de Dieu, fidèle à sa promesse de demeurer présent à sa création toujours en devenir. Il fallait cette naissance impossible. Il fallait ce baptême incognito pour que l’humanité accueille la bienheureuse espérance de découvrir sa capacité à s’ouvrir à plus grand qu’elle par le Plus-Petit.

 eau0 abbaye maumont Paradoxe que la fête de l’Épiphanie fait apparaître au grand jour, répandant sur la terre une pluie d’étoiles et un torrent d’eau pour éclairer nos ténèbres et vivifier nos désirs les plus ardents.

  Ne laissons pas les cieux se refermer. Désormais, le ciel est en nous, lieu de la visite de Dieu.

  Terre à jamais sainte, purifiée, enflammée de l’Esprit Saint. Prête à porter beaucoup de fruits, « pour la gloire de Dieu et le salut du monde. »

  Nouveau rendez-vous, dimanche prochain, pour poursuivre notre périple de l’Épiphanie !

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.