• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Restons légers pour la route ! Bonne Nouvelle en plein vol !

jmclibrededroit0534   14° dimanche T.O. B

   Mc. 6, 7-13

   Un commencement chargé de promesse, les premiers pas vers une mission. Restons légers pour la route ! Rien n’est plus porteur dans la vie que la joie de se donner tout entier à un projet envisagé comme un don.

En ce début d’été, combien de jeunes sont déjà passés au monastère, ayant dans le cœur le souci de laisser la vie leur ouvrir un chemin qui vaille la peine de s’y engager.

    Quel qu’il soit, il est marqué par le bonheur de découvrir, de prendre son vol pour donner sens pour et avec d’autres. Les écouter, ces jeunes, colore autrement la banalité que nous laissons s’installer. Doux rêveurs ! Ils vont vite déchanter ! Pourrions-nous penser. Ce qu’ils recherchent ? Vivre des relations d’entraide, apporter à d’autres leur joie de vivre, leurs talents, faire de leur vie un lieu de partage.jmclibrededroit0541

   Certains, certaines sont vraiment animé (e)s d’un zèle qui ne recule devant aucun obstacle. Sans a priori, les voici prêts à oser l’aventure vers l’autre, vers l’Autre. Pour un temps ou pour la vie. Loin de se charger de lourds bagages, ils n’ont en poche que leur élan à partager le meilleur pour que la vie circule et que beaucoup en reçoivent le goût.

   Ils ont compris que c’est ainsi que grandit l’humanité : dans la rencontre, dans la reconnaissance de ce que chacun peut apporter à l’autre, découvrant, non sans surprise, que le plus démuni se révèle parfois celui qui donne le plus, le plus riche.

   Quand Jésus envoie ses disciples, il sait bien que ce ne sont pas des « pros » ! Il les connaît bien, ces pêcheurs du lac !

jmclibrededroit0747  

    Quelle audace l’habite pourtant pour leur confier les pouvoirs de guérison qu’il a lui-même !

   Dieu a foi en l’homme bien plus que l’homme n’a foi en Dieu !

   Rien ne nous est dit de la réaction des Douze devant ce qu’ils faisaient. Nous pouvons seulement penser qu’ils n’en croyaient pas leurs yeux : eux ? Faire comme Jésus a fait ?

   Le silence du texte est fort et nous donne à réfléchir sur « la puissance de Dieu qui agit dans la faiblesse » (2Co. 12, 9).

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.