• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Du souffle du Ressuscité, la miséricorde s'empare du monde !

jmclibrededroit0089   2°DIMANCHE DE PÂQUES       DIMANCHE DE LA DIVINE MISÉRICORDE

   Jn. 20, 19-31                                     

  Les cœurs de tous les disciples de Jésus sont verrouillés. Jésus est « là au milieu d’eux ». « Paix à vous ! » Une parole de vie vient de traverser l’air pesant du lieu. La gravité des visages se change en joie. La glace est rompue. Le feu de l’Esprit Saint peut embraser les braises de la peur et du doute qui, sans lui, seraient devenues cendres.

 Jésus a touché les cœurs. Irrésistible, la densité du moment devient mission, envoi, pour un pardon. Là commence la Résurrection en rayonnement de miséricorde. Ceux qui ont trahi les premiers sont les premiers pardonnés, envoyés.

    Les voici revêtus, baignés d’un renouveau que le Ressuscité veut répandre sur le monde, sur tous, sans exception. Tous, désormais ont part à la vie divine, à sa beauté qui transfigure nos peurs, nos reniements, nos doutes en les apaisant et les remplissant de sa présence.

  Thomas devient, dès lors, le témoin privilégié de cette bienveillance. jmclibrededroit0107

  Toucher Jésus : il dit le vouloir, mais le veut-il vraiment ? Sa déclaration fracassante, ne cache-t-elle pas, mais surtout ne révèle-t-elle pas son très grand désir de rencontrer Jésus très personnellement. Jésus entend cet appel qui vient du cœur bien plus que d’un scepticisme facile et provocateur.

  Il y a, chez Thomas, une grandeur d’âme hors du commun. Sa démarche, ne l’a-t-il pas mûrie pendant huit jours ? N’a-t-elle pas encore grandie dans la solitude, à l’écart du groupe des disciples ? Jésus sait reconnaître le désir propre à Thomas, qu’il n’a rencontré chez aucun autre des siens. Il le fait entrer jusqu’au fond de la pensée qui l’habite, en lui proposant un geste que ses compagnons n’ont pas demandé de faire. Pourquoi ? Sans doute, parce que les voilà rassurés. Jésus est là, il ne leur arrivera rien. Ils sont en sécurité. Mais Thomas n’en reste pas là. Il va plus loin que le toucher physique.

  Touché au plus intime par la connivence qui naît entre Jésus et lui, il confesse son Seigneur devant tous, non comme une confidence murmurée, mais comme un aveu tellement plus puissant que sa déclaration quelques jours auparavant : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

  jmclibrededroit0225Le pape François, dans La joie de l’Évangile, écrit : « J’invite chaque chrétien, en quelque lieu ou situation où il se trouve, à renouveler aujourd’hui même, sa rencontre avec Jésus-Christ ou au moins de prendre la décision de se laisser rencontrer par lui ». Magnifique !!!

  Telle est la vigueur invincible de la Résurrection : la manifestation de la miséricorde de Dieu capable de changer les cœurs et de les ouvrir à la lumière diffusive d’elle-même. Croire que l’Amour ne passe pas. Toujours en désir de se donner. « Heureux ceux qui croient sans avoir vu ! »

   Heureux sommes-nous d’être témoins émerveillés de la présence de notre Dieu, ce « Dieu en quête de l’homme » selon la belle expression d’Abraham Heschel.

  « Dieu ne se fatigue jamais de pardonner, c’est nous qui nous fatiguons de demander sa miséricorde ». (Pape François)

 

  Telle est, telle demeure la joie pascale : du souffle du Ressuscité, la miséricorde s’empare du monde !

   ALLÉLUIA !!!

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.