• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

ALLELUIA ! CHRIST EST VRAIMENT RESSUSCITE !

cierge pascal9 abbaye maumont   DIMANCHE DE PÂQUES

   Jn. 20, 1-9

  Le silence du Samedi Saint roulait déjà la pierre ouvrant notre espérance. La souplesse du temps dilate l’attente.

 Marie-Madeleine a quitté le Calvaire, mais la Croix demeure le point fixe de son dernier regard sur Jésus. Son cœur, lui, veille. Les premières lueurs du jour non encore dissipées, la voici dehors, en chemin, vers le tombeau de celui dont la mort a bouleversé sa vie.

 Le tombeau ouvert disperse les dernières ombres de sa nuit. Son horizon la dé-route. Ce qu’elle découvre n’est pas ce qu’elle cherchait. Comme elle nous ressemble, Marie-Madeleine, ce matin de la Résurrection où nous chantons

  ALLÉLUIA, CHRIST EST VRAIMENT RESSUSCITE !!!!

    Déconcertés, nous le sommes en effet, et pourtant certains aussi que la mort ne pouvait retenir LA VIE. Oui, le Seigneur a bien été « enlevé », arraché à cette rupture d’avec le monde pour lequel il a livré sa vie. On n’enferme pas l’Amour. Nul ne peut le faire mourir. Il est éternel et dépasse toute frontière.

   « Nous ne savons pas ». Cet aveu de Marie-Madeleine rejoint ce que notre intelligence ne peut capter. Comprendre tout, est impossible. Nous le savons d’expérience. Entrer dans le mystère, ne serait-ce pas briser nos questions contre le vide et chercher ailleurs une lumière ; accepter la déchirure de nos doutes et naître à une autre profondeur ! La foi passe par le vide, par le tombeau ouvert et vide … .ou presque ; quelques indices seulement d’une présence qui a été là et n’y est plus.coeur de fleur abbaye maumont

  Du Disciple-que-Jésus-aimait, Jean nous dit : « Il vit et il crut ». Le plus important n’est pas ce qu’il a vu, mais bien qu’il ai vu, tout simplement. Il a su voir et à partir de là, croire. Il a su discerner l’amour de son Seigneur qui ne pouvait demeurer enfermé. Voir, c’est aimer. Aimer ouvre à la confiance, au « croire ».

  Dès lors, croire au Ressuscité, ne serait-ce pas consentir à passer par les turbulences d’une tempête intérieure qui balaierait nos évidences trop vite acquises et incertaines, pour adhérer à la Promesse de Dieu ? C’est bien là le seul lieu de rencontre possible entre cet Aujourd’hui et le déjà-là depuis que Dieu chemine avec son peuple. Si Christ n’est pas ressuscité, comment pourrais-je lire toute l’Écriture ? Rien n’aurait de sens.

  La Résurrection de Jésus est le sceau de la Présence de Dieu, la signature de l’Alliance, le don gratuit de sa bienveillance, du triomphe de la Vie, de l’amour qui aura le dernier mot, ce dernier qui nous reste à écrire.

  fleur jaune abbaye maumont « La pierre du tombeau a crié et par son cri, elle a annoncé à tous un nouveau chemin. Ce fut la création la première à se faire l’écho du triomphe de la Vie sur toutes les réalités qui chercheront à faire taire et à museler la joie de l’Évangile. Ce fut la pierre du tombeau la première à sauter et, à sa manière, à entonner un chant de louange et d’enthousiasme, de joie et d’espérance auquel nous sommes tous invités à prendre part. »

                    Très belle Fête de PÂQUES à tous ! fleur orange2 abbaye maumont

 

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.