TRIDUUM PASCAL : CONSENTEMENT, PARDON, SILENCE !

   TRIDUUM PASCALabrupt abbaye maumont

   Trois jours pas comme les autres peuvent être lus à partir de trois mots : CONSENTEMENT, PARDON, SILENCE.

   Le Christ en sa Passion d’amour vit ces trois dimensions. Pour toute l’humanité. Mais pas en dehors d’elle. Nous ne pouvons jamais être spectateurs passifs devant Jésus. Encore moins en ces moments si denses où il engage tout son être, toute sa vie, dans l’ultime combat de la lumière contre les ténèbres, de la vie contre la mort, de l’amour contre le mal.

   Oserons-nous le contempler jusque là ?

   Le JEUDI SAINT fait résonner le « jusqu’au bout » du CONSENTEMENT au don total manifesté dans le Lavement des pieds et l’Eucharistie. Jésus ne s’est jamais habitué à donner. Le Jeudi-Saint est une révélation de sens. Il est l’apprentissage du don de soi. Non seulement donner, mais se donner. Nous pensons souvent que c’est nous qui devons nous mettre à genoux devant Jésus. Mais en vérité, n’est-ce pas plutôt lui qui se met à genoux devant chacun de nous, le premier, en une attitude de serviteur et non de maître tout puissant ! Et pas seulement le Jeudi Saint ! Jésus veut que nous « ayons part avec lui », c’est-à-dire que nous participions à son identité filiale qui l’unit à son Père. Il n’y a que lui pour nous élever si haut ! brasier rouge abbaye maumont

   Et Judas me direz-vous peut-être ? Judas, en hébreu, signifie « le louangeur ». Il n’est pas le mal ! C’est Satan (l’accusateur), clairement nommé dans le texte de Jn. 13. Or, le mal n’est jamais premier dans la Bible.

   Judas est le contre-don. Son péché nous permet de louer l’amour de Jésus allant jusqu’au bout. Celui qui livre Jésus reste l’élu comme chacun de nous. Celui qui est le médiateur de la trahison est celui qui requiert de la part de Jésus l’amour le plus grand. Jésus se donne d’autant plus qu’il est refusé. L'obstacle devient médiation. Le consentement de Jésus à l’amour est sans faille et sans limite. Il va même jusqu’à « tremper la bouchée » pour Judas en geste de prédilection. Il ne le fait pour aucun autre disciple présent ! Nous voyons donc que l’Alliance n’est pas liée au péché. Sinon, elle n’aurait pas duré longtemps !!!! Or, elle dure encore !!!!

 croix guinee abbaye maumont  Le VENDREDI SAINT est tout entier placé sous le signe du PARDON. Jésus « inclinant la tête, remit l’Esprit ». C’est bien lui, l’Esprit, qui est l’au-delà du don. Loin d’être inatteignable, Jésus nous le donne pour que nous fassions connaître l’amour dont il nous aime. Pas de dramatisation de la mort de Jésus dans l’évangile de Jean. L’amour est plus grand que tout. Jésus ne répond pas à la violence par la violence, au péché par le péché. Mais il est lui-même la réponse de l’amour au non-amour. Dans sa Passion, Jésus nous laisse un message fort : toute souffrance est souffrance d’enfantement.

   Le SAMEDI SAINT devient SILENCE porteur d’espérance. Veille ! J’aime retrouver en ce jour, les mots si essentiels de Dieu que nous rapporte le livre de l’Exode : « J’ai vu, j’ai vu la misère de mon peuple en Égypte. J’ai entendu son cri devant ses oppresseurs ; je connais ses angoisses. Je suis descendu pour le délivrer » (Ex. 3, 7-8).

    Ce que Dieu a fait pour son peuple, Jésus le fait aujourd’hui. Jour de victoire, non tapageuse mais effective. Nous ne la voyons pas, mais, dans le silence, nous sommes la prière du Christ pour le monde. deux jonquilles abbaye maumont

    Écoutons-le nous dire que nous n’avons rien à craindre, que son Souffle de vie prie en nous, lui encore qui croit en nous, qui affermit nos vies.

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.