• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Les distances sanitaires s'apparentent à des gestes salutaires !

Arbres au milieu des eaux Rhône YAB  6° dimanche T. O. B

  Mc. 1, 40-45

  La distanciation ne vient pas de naître avec la pandémie que nous connaissons, difficile à vivre pour beaucoup.

  L’humain est fait pour cohabiter avec ses semblables et n’existe vraiment que dans et par la relation sans masque. Celui que nous portons en ce moment indique une anormalité qui nous atteint tous, qui que nous soyons. En un sens, il nous rend égaux face à un ennemi invisible. Paradoxalement, ce qui pourrait nous séparer nous unit davantage dans la fragilité et la vigilance.

     Le masque ferait-il tomber nos masques ?

    Les gestes sanitaires s’apparentent à des gestes salutaires, qui ont bien quelque chose à voir avec l’exclusion du lépreux de l’Évangile de ce jour. Plus de contact par le touché. Voilà qui révèle le danger auquel nous devons faire face pour soi et pour autrui. Ces expériences récentes et toujours actuelles nous offrent l’opportunité de réfléchir à hauteurs d’homme, à fleur de peau. Le lien social est engagé sur des voies nouvelles.

   Nous aurons appris peut-être plus de respect. L’échange d’un sourire ou d’un salut cordial nous seront peut-être plus naturels. Les rencontres gagneront en profondeur.

   Jésus ouvre ce chemin au lépreux en lui parlant, en le touchant, en l’envoyant vers les représentants de la Loi. Quand Jésus agit ainsi, il dévoile son désir de revêtir toute l’humanité d’une tunique neuve, peut-être déjà du vêtement blanc des ressuscités.

   Le vrai miracle est là. A première lecture, nous voyons une guérison. Mais dans le prolongement de celle-ci, le lépreux n’a pas seulement retrouvé la pleine santé. Tout le projet de Dieu sur nous apparaît à découvert.

                                  La délicatesse de Dieu, son tact, c’est d’ouvrir à l’homme un possible retour au toucher et de déposer en lui le désir de rencontrer l’autre.

   En agissant ainsi, Dieu fait confiance en la capacité de cet homme de creuser son intériorité, lui permettant d’entendre autre chose que ce qu’il voit, lui donner la parole, croire en lui. Dès lors, voici ce lépreux rétabli dans sa pleine dignité, rendu prophète, malgré lui, tellement sa vie vient de prendre un nouveau départ. Il n’est plus celui que tout le monde redoute d’approcher.

cueillette 2 abbaye de maumont

               

                        

                                                                               Il est celui qui rejoint les siens pour « répandre la Parole ».

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.