• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Se mettre au commun vaut mieux que la peur d'exister !

ballons2 abbaye maumont33° dimanche T.O. A

Mt. 25, 14-30

« La peur est mauvaise conseillère » serait pour moi le cœur de cette parabole. En effet, « qui ne risque rien n’a rien ». Voilà une sagesse bien concrète que je peux garder en mémoire pour oser la mise en valeur des dons que j’ai reçus. Au fil du temps, je découvre de nouvelles terres en moi, inexplorées jusqu’alors. Les occasions n’étaient peut-être pas favorables pour que je me laisse guider par là. La crainte d’échouer paralyse parfois mon élan.

   La comparaison avec les dons des autres sclérose le dépassement et me fait renoncer ou remettre à plus tard.

    C’est vrai qu’il faut parfois du courage pour s’engager dans une carrière, faire des études supérieures, passer des concours. J’ai connu des élèves, même brillants, dire, à quelque jours d’un examen : « Je vais sûrement échouer ! » Il faut être là, encourager, donner quelques conseils pour soutenir le combat qui se livre en la personne esseulée, enfermée dans sa peur.

   Sans doute, est-ce l’humilité qui est le moyen le plus apte pour retrouver confiance en soi. « Être dans l’abondance » selon l’Évangile, ne relève pas de profits malhonnêtement acquis. Ce n’est qu’éphémère feu de paille ! Bientôt, on n’en parlera plus. Mais les grands noms qui demeurent dans notre Histoire sont ceux de chercheurs qui ont permis à la science d’avancer dans le domaine de la santé, d’artistes passionnés par la beauté, offrant leurs œuvres à notre méditation émerveillée. Ils ne se livrent pas en pâture au tapage médiatique. Le plus souvent, ils l’évitent, et c’est longtemps après leur trépas que l’on se souvient d’eux avec reconnaissance.

Ils ont simplement tracé leur sillon au service de l’humanité grâce aux dons qu’ils ont fait fructifier, sans rien attendre en retour. VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100

   Ce qu’ils ont mis en œuvre venait de leur cœur d’abord et a opéré une sortie d’eux-mêmes pour que d’autres bénéficient des capacités déployées. Ils se sont mis au commun ! Voilà ce que la page d’évangile de ce jour nous appelle à vivre, très concrètement, tout simplement, là où nous sommes, en prenant acte que nous sommes, chacun, chacune, acteur dans le monde, pour le faire croître, l’embellir. Je ne suis pas propriétaire de mes dons. Quelle chance ! Ils sont à tous !

  Une communauté vit de cette mise en commun, mise au commun, et c’est ce qu’elle a de plus fort à dire à tous : ‘j’ai besoin de toi pour que nous construisions ensemble une vie plus belle. Mes dons sont à toi !’

  Et chacune est « dans l’abondance » grâce aux dons de ses sœurs ! Je remarque, pour conclure, que le texte ne dit pas comment les serviteurs ont fait fructifier les talents confiés par leur maître. Ce dernier ne le leur demande même pas.

soeurs benedictines abbaye maumont   Chacun est seulement reconnu par celui-ci « bon et fidèle ». Ce que chacun offre en retour des dons reçus est personnel, très personnel.

   N’ayons pas peur de prendre le risque de l’amour qui donne largement !

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.