• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

La démesure du Royaume à portée de main !

ballons2 abbaye maumont17° dimanche T.O. A

Mt. 13, 44-53

Contre les malfaçons qu’une parole peut subir, qu’elle soit humaine ou divine, la plus grande prudence est de rigueur. Le langage engage l’émetteur, l’écoute engage l’auditeur. Les interprétations d’une même parole peuvent être multiples, voire opposées, selon qu’elle est reçue avec objectivité et devient le lieu d’un honnête débat, ou au contraire déjà refusée, passée au crible d’une critique malveillante.

   Depuis que la parole existe, elle semble chercher à prendre le pouvoir, à exercer une emprise qui, loin de convaincre toujours, n’en demeure pas moins intrigante et parfois obsédante. La parole humaine est ainsi : elle peut baliser des chemins de dialogue comme elle peut banaliser des rencontres sans lendemains. Et celle de Jésus ?

    Sans doute percevons-nous, depuis plusieurs dimanches, que le chapitre 13 de l’évangile de Matthieu aux 7 paraboles du Royaume, fait naître la Parole de Jésus comme le lieu même de ce Royaume. Jésus est le Royaume. Ne l’attendons pas comme une hypothèse de plus qui n’aurait peut-être jamais de solution. Ces paraboles ne sont pas un signe du Royaume, ou une anticipation, elles sont le Royaume qui peut changer notre vie, aujourd’hui.

   Au lieu d’être un discours sur le Royaume, la parabole est le langage du Royaume. La parabole n’enseigne rien, elle n’est pas une doctrine. Au nom de quoi, Jésus ouvre-t-il cet espace d’une inimaginable liberté ? C’est le Dieu proche qui bouleverse ainsi les données du quotidien. Comme si Jésus redoutait les cadres trop bien établis et qui ne portent plus la vie. bouquet abbaye maumont

   Dans les paraboles de ce jour, « le trésor caché » n’est pas cherché ; il est « trouvé ». C’est donc qu’il est là, caché, certes, mais pas introuvable. Si ce trésor, identifié au Royaume, était Jésus lui-même ?

  La perle, par contre, est « cherchée » par un homme et préférée à tout, estimée d’une valeur incomparable. Mais cet homme, ne serait-ce pas encore Jésus qui cherche l’homme et le désigne comme la perle de la création ?

   Ce « marchand » passe du multiple, « des perles » à l’unique, « une seule perle ».

  Nous basculons dans la démesure.

escalier abbaye maumont  Parce que le Royaume, c’est bien cela :

  la démesure d’une recherche jamais achevée,

   un dérangement à accueillir, comme un mystère à percer, comme une liberté venue d’ailleurs.

 

Que ces paraboles qui mettent Dieu à portée de vie, à portée de main, nous aident à comprendre la rencontre du Royaume et de la vie.

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.