• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Aujiurd'hui et demain, aimer plus loin !

jmclibrededroit0105   SAINT SACREMENT

  Manger, boire, n’est-ce pas vital pour chaque être humain ?

  Peut-être en avons-nous oublié jusqu’à l’urgence, tant nous sommes des habitués du nécessaire.

  Être pain pour les autres, y avons-nous déjà pensé ? Désaltérer ceux auxquels nous sommes reliés, est-ce possible ? Oui !

  C’est tout simplement les aimer, leur signifier qu’ils existent vraiment, qu’ils ne sont pas des objets mais bien des personnes, corps et âme, des vivants.

   Donner à manger, donner à boire, c’est se donner soi-même, tout entier, même si le geste me semble sans grande importance. jmclibrededroit0209

  Rien n’est petit de ce que je peux partager avec mes semblables. Dans le fait de donner, tout prend une dimension d’infini pour faire exister l’autre pleinement. Quoi que je donne, c’est toujours moi-même et c’est toujours l’autre, un soi-même qui reçoit. De l’un à l’autre, à travers le don, chacun existe par et pour l’autre. Le don permet à chacun d’être, sans qu’aucun pouvoir ne domine de l’un sur l’autre.

  Quand j’offre à quelqu’un un regard de bienveillance, une parole de réconfort, un peu de temps, une minute de silence pour l’écouter, quelques gorgées de reconnaissance, le pain de ma patience…, je me donne.

  jmclibrededroit0992Telle est la largesse de Dieu, et bien plus encore bien sûr, quand il se donne tout entier, pour que la Vie, la Vie divine livrée par son Fils, devienne fleuve libérant en moi d’immenses possibles pour servir, me rendre disponible, veiller avec attention, aider, soutenir.

  L’Eucharistie m’ouvre de plus en plus à cet amour en excès que le Christ a tellement désiré vivre au milieu de nous, jusqu’à en mourir. Je ne connais pas d’autre lieu pour apprendre aujourd’hui et demain à aimer plus loin. Un même mouvement : tendre les mains pour recevoir Sa Vie et les tendre vers le tout proche pour lui donner en me recevant et le recevoir en me donnant.

  Telle est la grande danse de la Vie qui ne dit jamais « assez » et répand sa vague toujours plus largement aux quatre vents de Dieu, aux quatre coins du monde.

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.