• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Ose te poser de vraies questions pour vivre mieux !

horizon abbaye maumont  6° dimanche T.O. A

  Mt. 5, 17-37                                                  

  Au fond, qu’est-ce que vivre ? Comment aller plus loin ? Comment passer du légalisme à une existence de plein air ? Puis-je m’en tenir au savoir livresque ? Est-ce que je cherche des recettes de sagesse ou de véritables points d’ancrage ? Quelles sont mes priorités ?

  Autant de questions vitales qui nous renvoient à l’essentiel de notre vie humaine sur terre, personnellement et dans nos relations avec autrui. Voilà justement ce qui intéresse particulièrement Jésus quand il s’adresse aux foules et à ses disciples sur la Montagne. Rejoignons-le !

 Il a sûrement une parole pour nous ! Dans ce long entretien de Jésus, il nous est donné de découvrir à quelle émancipation il nous invite. Rien de fermé, rien de trop contraignant, pas de démesure, mais un appel à une vie réussie, à faire de chacune de nos existences un chef d’œuvre ouvert.

  Pour lui, il ne s’agit pas de faire plus, mais d’aller jusqu’au bout des engagements pris et de leur donner leur beauté toute simple, sans fard. Comme le souligne le philosophe Paul Ricœur : « C’est parce qu’une action (personnelle importante) ouvre de nouvelles références et en reçoit une pertinence nouvelle que les actes humains sont aussi en attente d’interprétations nouvelles décidant de leur signification ». Toute action est interprétation de la vie. Voilà comment Jésus, me semble-t-il, envisage la Loi à laquelle il reste parfaitement fidèle et attaché.

rayon abbaye maumont Le seuil qui est franchi par l'Évangile, c'est celui que Jésus a franchi en se plaçant lui-même au lieu d'où Moïse parlait, sur la montagne. Ce faisant, ce n'est pas seulement un texte qu'il reprend. C'est un événement qu'il recrée et qu'il dépasse, l'événement du Sinaï lui-même. Que serait la loi sans la Présence ? Les paroles de Jésus révèlent le corps, la bouche d'où elles sortent, l'air, l'esprit, la musique de celui qui parle. Il a été là, Jésus, qui parlait depuis cette montagne. Ce n'est pas cela, d'ailleurs, qui est nouveau. On oublie vite, aussi, que la Torah n'a jamais parlé toute seule. Le Sinaï était lieu pour la présence du Dieu d'Israël. Autrement, cette loi ne serait rien. « Sur la montagne, au milieu du feu, YHWH vous a parlé », dit Moïse. Et le peuple reprend : « Voici que nous avons vu YHWH notre Dieu, sa gloire et sa grandeur, et que nous avons entendu sa voix du milieu du feu » (Dt 5,4. 24).

  Le Décalogue, les « Dix Paroles » données par Dieu à Moïse sur le Sinaï sont l’arrière-fond de la page d’Évangile que nous méditons. Mais ici, c’est Jésus lui-même en quelque sorte qui devient le Sinaï, la Parole définitive de Dieu. Jésus devient la Montagne parlante qui vient ouvrir un chemin barré par une observance paralysante et son propos est clair : « Je ne suis pas venu abolir mais accomplir ».

 Pour rester pertinente et vivante, la Loi a besoin de relecture constante sous peine de se scléroser et de devenir un carcan insupportable pour ceux qui choisiraient de l’observer. Jésus vient apporter une Loi qui libère la gratuité de l’amour, pour que tout prenne sens à partir du but à atteindre : réussir sa vie. Le discours le plus faux n’est pas celui qui dit ‘oui’ à la place de ‘non’ ou l’inverse, mais bien celui qui s’installe dans le ‘ni oui ni non’.herbes resurrection abbaye maumont

  Une dernière remarque peut-être pour ressaisir ce que Jésus veut nous faire entendre aujourd’hui et qui nous concerne tous : si je laisse la colère tuer l’autre en moi, si je laisse le désir dépouiller l’autre en moi, je suis en train de me détruire moi-même de l’intérieur. Je suis sans cesse confronté au gente d’être humain que je cherche à devenir et qui monte du fond de moi.

 Le réel restera toujours complexe, la vie sera pleine de détours imprévus, le cœur humain réservera des surprises, le discernement gardera toujours sa place. Quelqu’un peut s’accomplir en posant tel geste, et l’autre s’y détruire.

  Quand Jésus déclare : « Moi, je vous dis… », il nous invite à un dépassement mais il s’y engage entièrement avec nous.

 plein desert abbaye maumont

N’ayons pas peur de nous poser les vraies questions qui nous aideront à vivre mieux, à exister plus intensément en allant jusqu’au bout de nos engagements.

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.