• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Au Jourdain, hier et aujourd'hui, ravivons notre baptême !

eau claire abbaye maumont  LE BAPTÊME DU SEIGNEUR

  Mt. 3,13-17                                     

« Alors paraît Jésus ». Retenue dans l’expression qui ne va pas sans révéler l’attitude intérieure suggérée aux lecteurs par Matthieu devant cette scène d’Évangile assez déconcertante.

  Jésus se présente de manière si belle comme silhouette de la simplicité !

  Point de foule dans les versets que nous méditons. Elle est venue avant.

  Seuls, Jean-Baptiste et Jésus, au bord du Jourdain.

   Le dépouillement depuis Bethléem sera la marque de Jésus jusqu’au bout de son existence. Le baptême qu’il vient recevoir des mains de Jean-Baptiste l’illustre. De prime abord, que voyons-nous ? Une très belle reconnaissance réciproque. Une réelle connivence existe entre ces deux hommes de Dieu dont nous sommes les témoins privilégiés : « C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et c’est toi qui viens à moi ! » Comme une confidence échangée entre amis de longue date, qui se connaissent bien, qui se respectent, dans une admiration mutuelle. Jésus, pour « accomplir toute justice », doit passer par cette étape sans laquelle il manquerait quelque chose à sa présence en tant que Messie au milieu du monde. N’oublions pas que le Baptême fait partie de la célébration de l’Épiphanie de Jésus, de sa Manifestation. La venue des mages, le Baptême et le premier signe de Cana en sont les composantes. eau abbaye maumont

  Aujourd’hui, il s'agit de s’arrêter sur une même action rituelle (la plongée) qui ne donne pas au baptême conféré aux foules puis à Jésus le même sens. La différence est à chercher dans les paroles qui les accompagnent. Ceux qui se rendent auprès de Jean-Baptiste se font baptiser en confessant leurs péchés ; Jésus se fait baptiser pour accomplir avec Jean « toute justice » (v.15). Autrement dit, il convient que Jean et Jésus posent le geste annonçant, non pas seulement une purification rituelle des péchés (baptême d’eau), mais une justice sauvant les pécheurs (baptême dans l’Esprit Saint et le feu). 

   L’accomplissement dont il est question ici, advient lui-même comme un commencement qui ouvre vers l’origine d’où vient ce qui est bon pour l’humain. Dans la perspective biblique, l'accomplissement n'est pas la soumission à une prédestination. Il est le point de convergence d'une liberté et d'une parole : une manière de sortir de la violence. C'est ainsi que Jésus dit au début de son enseignement sur la montagne : « Ne pensez pas que je suis venu détruire la loi ou les prophètes; je ne suis pas venu détruire, mais accomplir » (Mt. 5,17). 

  « Les cieux s’ouvrirent ». Dans le judaïsme, les cieux sont un nom de Dieu plutôt qu'un ‘lieu’. La proximité de Jésus avec Dieu, son Père, est première : « Mon fils bien-aimé ».

 eau du bapteme abbaye maumont

Entrons dans la joie du Père et prions-le avec toute l’Église :

  « Dieu éternel, c’est dans la réalité de notre chair que ton Fils unique est apparu. Puisque nous reconnaissons que son humanité fut semblable à la nôtre, donne-nous d’être transformés par lui au plus intime de notre cœur ».

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.