• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

AVENT : libérer un avenir et une espérance !

bec de perroquet abbaye maumont  2° dimanche de l’AVENT   A

  Is. 11,1-10                                                               

  Voici la mission du Messie, si bien décrite en peu de mots : un engagement mue par l’Esprit du Seigneur une victoire remportée sur l’injustice humaine, et un chemin de vie nouvelle, apaisée.

  Le deuxième dimanche de l’Avent nous appelle à bâtir un monde réconcilié. C’est possible ! Le prophète Isaïe le dit et même, ô surprise pour nous lecteurs, il le décrit. Doux rêveur ? Utopie ? La foi du prophète qui parle pour son temps marqué par bien des épreuves mettant à mal la foi et l’espérance en son Dieu du peuple élu, est nourrie par l’assurance en un Dieu-avec-les-hommes.

    Je pense que le prophète Isaïe veut nous faire saisir que Dieu est expérience. Dans tout ce qui peut nous dérouter, nous faire douter, s’éveille la véritable expérience de Dieu. Sans les moments d’obscurité, de trouble, il n’y a pas de place pour Dieu. Occasion de se laisser ébranler en profondeur dans nos existences personnelles et collectives.

  Les images de la souche, de la racine et du rejeton éveillent notre attention à la vie qui peut surgir, à tout instant, du plus inattendu, d’où on ne l’attendait plus. Pour nous, aujourd’hui, la parole d’Isaïe illustre que là où rien ne semble bouger une initiative nouvelle peut tout changer. Et voici comment : le Sauveur vient, petite graine de sénevé, rejeton de l’arbre de Jessé.arbre perspective abbaye maumont

    Dans l’incognito, dans le silence et l’imperceptible, comme tout ce qui naît sans faire de bruit. Il n’en finit pas de venir. Pour lui, impatience de venir ; pour nous, patience de l’attendre. C’est bien l’orientation de l’Avent relayée par Jean-Baptiste dans l’évangile de ce jour : « Préparez le chemin du Seigneur », (Mt. 3,2) reprenant une parole du prophète Isaïe.

   Une véritable aventure, presque folle nous est proposée. Y entrer, c’est prendre le risque de se laisser emporter vers l’inconnu qui seul peut nous rapprocher du Mystère de Noël, puisque « Noël est un secret » comme aimait le rappeler le cardinal Lustiger.

  Dieu se faisant homme est l’Événement le plus présent à chaque instant, et aucun de nos refus de lui ne peut l’empêcher d’être là, simplement pour que vive l’Alliance. C’est pourquoi, l’annonce du prophète Isaïe porte l’assurance de l’avènement d’un roi selon le cœur de Dieu qui fera régner la paix et la justice. L’évocation paradisiaque de cet avenir espéré souligne sa nouveauté proprement incroyable. Saint François de Sales ne disait-il pas : « Combien de temps Dieu n’a t-il pas mis pour devenir homme ! »

  Alors, combien de temps nous faudra t’il pour devenir Dieu puisque telle est notre vocation, depuis que Dieu s’est fait homme ? Malgré les certitudes éprouvées, malgré les habitudes puissamment ancrées, de nouvelles routes peuvent toujours être tracées.

 coucher de soleil abbaye de maumont

Voilà ce que nous, chrétiens, pouvons transmettre pour que « Son Règne vienne » !

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.