Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

carmel de surieu - La Visitation de la Vierge MarieMardi 31 mai – Fête de la Visitation de la Vierge Marie

Horaires de la Messe et des Offices monastiques en page d’accueil du Carmel de Surieu (offices de semaine)

Marie partait dans l’allégresse de son désir
pour l’accomplissement d’un service…

Lorsque l’ange annonce à Marie le mystère de sa maternité virginale, il lui apprend, pour éclairer sa foi par un exemple, qu’une femme âgée et stérile a conçu, ce qui fait comprendre que Dieu peut accomplir tout ce qu’il a décidé.

Dès que Marie l’eut appris, elle partit vers la montagne de Judée. Ce n’était de sa part ni incrédulité en la prophétie, ni incertitude sur cette annonce, ni doute sur l’exemple proposé. Elle partait dans l’allégresse de son désir, pour l’accomplissement d’un service, avec l’empressement de sa joie.
Désormais remplie de Dieu, où pouvait-elle se rendre avec empressement, sinon vers les hauteurs ? La grâce du Saint-Esprit ne connaît pas les hésitations ni les retards. L’arrivée de Marie et la présence du Seigneur manifestent aussitôt leurs bienfaits, car, au moment même où Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle, et elle fut remplie de l’Esprit Saint.

carmel de surieu - La Visitation de la Vierge MarieRemarquez les nuances et l’exactitude de chaque mot. Élisabeth fut la première à entendre la parole, mais Jean fut le premier à ressentir la grâce : la mère a entendu selon la nature des choses, l’enfant a tressailli en raison du mystère ; celle-là perçoit l’arrivée de Marie, celui-ci celle du Seigneur ; la femme, l’arrivée de la femme, l’enfant, celle de l’enfant.

Jean a tressailli, sa mère a été comblée. La mère n’a pas été comblée avant son fils, mais, comme le fils était comblé de l’Esprit Saint, il en a aussi comblé sa mère. Jean a exulté, et l’esprit de Marie a exulté, lui aussi. L’exultation de Jean comble Élisabeth ; cependant, pour Marie, on ne nous dit pas que son esprit exulte parce qu’il est comblé, car celui qu’on ne peut comprendre agissait en sa mère d’une manière qu’on ne peut comprendre. Élisabeth est comblée après avoir conçu, Marie, avant d’avoir conçu.

« Heureuse, lui dit Élisabeth, toi qui as cru ». Heureux, toi aussi qui as entendu et qui as cru. Car toute âme qui croit conçoit et engendre le Verbe et le reconnaît à ses œuvres. Que l’âme de Marie soit donc en vous tous pour glorifier le Seigneur ; que l’esprit de Marie soit en vous tous, pour exulter en Dieu. S’il n’y a, selon la chair, qu’une seule mère du Christ, tous engendrent le Christ selon la foi. Car toute âme reçoit le Verbe de Dieu, pourvu qu’elle soit irréprochable et préservée des vices, en gardant la chasteté dans une pureté intégrale. Toute âme donc qui parvient à cet état exalte le Seigneur, comme l’âme de Marie a exalté le Seigneur, et comme son esprit a exulté en Dieu son Sauveur (Saint  Ambroise, “Homélie”).