Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

trinite aDimanche 12 juin – Solennité de la Sainte Trinité

Horaires de la Messe et des Offices monastiques en page d’accueil du Carmel de Surieu

Le Père est source, le Fils est  appelé Fleuve,
et par l’Esprit nous sommes illuminés

La Sainte et Bienheureuse Trinité est indivisible et elle est une en elle-même : lorsqu’on parle du Père, on doit aussitôt avoir en pensée son Verbe, et l’Esprit dans le Fils. Si l’on nomme le Fils, il en est de même : le Fils est dans le Père, et l’Esprit Saint n’est pas en dehors du Verbe. Tant il est vrai qu’une est la grâce qui, par le Fils, a sa plénitude dans l’Esprit Saint. Unique est la divinité, et il n’y a qu’un Dieu qui est « au-dessus de tout, à travers tout et en tout ».

Dans l’Écriture, le Père est Source et Lumière. Or le Fils, en relation avec la Source, est appelé Fleuve. En relation avec la Lumière, il est appelé Splendeur : « Splendeur de sa gloire et Image de sa substance ». Le Père étant donc Lumière et le Fils sa Splendeur, on peut voir aussi dans le Fils, l’Esprit Saint par qui nous sommes illuminés : « Que Dieu vous donne, dit l’Apôtre, l’Esprit de Sagesse et de Révélation pour vous le faire connaître, les yeux de votre cœur illuminés ». Mais quand nous sommes illuminés par l’Esprit, c’est le Christ qui nous illumine en lui, car « Il est la vraie Lumière qui éclaire tout homme venant en ce monde ».

carmel de surieu - La Sainte TrinitéEt encore, le Père étant Source, on appelle le Fils : Fleuve, et l’on dit que nous buvons l’Esprit, car il est écrit : « Tous nous avons été abreuvés d’un seul Esprit ». Et encore, le Fils étant la vraie Vie, on nous dit vivifiés par l’Esprit : « Celui qui a ressuscité le Christ Jésus d’entre les morts, vivifiera aussi nos corps mortels par son Esprit qui habite en nous ».

S’il existe donc dans la Sainte Trinité une telle correspondance et unité, qui oserait maintenant séparer soit le Fils du Père, soit l’Esprit du Fils, ou du Père lui-même ? Que celui-là commence par séparer la splendeur de la lumière ou la sagesse du sage. S’il ne le peut, à plus forte raison c’est une folie d’avoir l’audace de chercher à faire cela de Dieu !

Car la divinité n’est pas livrée à notre connaissance par des mots, mais dans la foi, puis à l’aide des exemples que nous avons utilisés plus haut : splendeur, source et fleuve. Car de même que le Fils est dans l’Esprit comme dans sa propre image, ainsi le Père l’est aussi dans le Fils (saint Athanase, “Lettres à Sérapion”).