Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M1003° dimanche de l’AVENT (Année A)

Is. 35, 1-6.10                                                          

   A cinq reprises le mot JOIE éclate en ces quelques versets. En effet, au cœur de ce temps de l’Avent, nous voici invités instamment à épouser une posture qui réponde à ce que nous nous préparons à fêter lors de la Nativité de notre Sauveur.

  Certes, ce n’est en aucun cas un déni face aux épreuves de l’existence, ou un désintérêt, encore moins une fuite. Bien au contraire. Les images que le prophète met sous nos yeux portent la force du message qu’il nous envoie.

   Oui, le désert, la soif, les pays arides, les mains défaillantes, les genoux qui fléchissent, les gens qui s’affolent, les aveugles, les sourds, les boiteux sont présents chaque jour sous nos yeux, et nous en sommes d’une manière ou d’une autre. N’y aurait-pas une certaine indécence à prononcer le mot JOIE, à la proclamer possible avec une telle assurance ? Le prophète qui parle de la part de Dieu nous dit : non ! En rester à l’actualité ne peut pas engendrer la joie, lors même que notre compassion est sans cesse convoquée.gouttes abbaye maumont

   Et si cette joie était le don le plus précieux à demander alors que notre foi est vivifiée en ce temps de l’Avent ? Ne serait-elle pas le plus beau cadeau que nous pourrions nous offrir les uns aux autres, au sein d’un monde qui ne peut vivre sans elle ? N’y aurait-il plus de place pour cet essentiel : notre espérance pour tous, portée au-dessus de tout et aurore de la vraie joie, « la joie spacieuse » comme la nomme le philosophe Jean-Louis Chrétien ?

  Si Dieu n’est qu’un accessoire de poche dont nous ne pensons pas à nous servir, alors oui, la joie est absurde ! Mais quand nous sommes aux aguets de la naissance du Sauveur qui vient tout assumer de notre humanité, comment douter encore que la source de notre joie profonde soit précisément là, toujours jaillissante ?

  Isaïe nous donne les clés de cette joie : apporter à ceux qui peinent et qui luttent, force, parole de réconfort, encouragement, aide pour que chacun entende par nous la Bonne Nouvelle : « Voici votre Dieu, il vient lui-même vous sauver ».

givre3 abbaye maumont   La joie est circulation de vie que nous pouvons nous transmettre les uns aux autres. Jean-Louis Chrétien présente la joie comme une « dilatation. » Comprenons qu’elle met au large et en même temps se diffuse. Mais écoutons-le : « La joie nous rend plus vifs dans un plus vaste monde. Comment penser cet élargissement du dehors et du dedans, et le chant neuf de ses possibles ? Et de quelle manière décrire ce que la Bible nommait dilatation du cœur, laquelle se produit jusque dans l’épreuve et l’angoisse, comme si leur pression faisait naître une force à nous-mêmes imprévue ? »

  Que ces quelques semaines qui nous rapprochent de la réalisation des promesses de Dieu en son Fils, notre Sauveur, nous donnent de découvrir cette JOIE et d’en vivre intensément pour la rayonner autour de nous !soleil en montagne abbaye maumont

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *