Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

jmclibrededroit002222°dimanche T.O. (Année C)

Lc. 14, 1.7-14                                  

    Se savoir pauvre, d’une pauvreté radicale est une invitation, un appel pressant à créer entre nous des relations de non puissance. Reconnaissant ma faiblesse, je peux accueillir celle des autres et y discerner la place qui leur revient. Ce n’est ni réserve ni résignation. Cela suppose au contraire beaucoup de courage et pousse à s’engager pour la justice et la vérité en dénonçant l’illusoire séduction de la force et du pouvoir.

    Jésus illustre cette réalité en mettant en scène successivement quelqu’un qui invite et un autre qui est invité. Deux faces d’une unique posture : l’hospitalité alliée de l’humilité, la fraternelle simplicité, celle que Jésus lui-même a toujours pratiquée.

   Avez-vous remarqué que Jésus se plaît à utiliser souvent des paraboles ou des récits autour du repas ? Ce n’est pas pour rien ! Seule la nourriture est vitale dans chacune de ces situations ici exposées, et vitale pour tous. Être placé à la première place ou se placer à la dernière, ce sera ma même nourriture pour tous !jmclibrededroit0051

  Alors qu’importe la place lorsque c’est Jésus qui invite ou se sert d’un intermédiaire comme dans ce récit authentique : voici plusieurs années déjà, un religieux qui partageait la condition d’un quartier musulman, dans une ville du Pakistan, avait été arrêté et mi en prison sur une fausse dénonciation. Son emprisonnement avait duré plusieurs mois. Étant laïc consacré, il ne pouvait ni célébrer ni recevoir l’Eucharistie. C’est son voisin, un musulman d’humble condition, qui lui apportait la Communion dans une enveloppe. « Tiens » lui dit-il la première fois, « je t’apporte le pain qui te fait vivre ! »

   Et cet homme s’est engagé à faire régulièrement ce va-et-vient de la paroisse chrétienne à la prison. Il savait que cette nourriture était vitale pour son ami, c’est tout !

 jmclibrededroit0185 

   N’y aurait-il pas une orientation eucharistique dans ces repas où Jésus parle de don essentiel et non de place d’honneur ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *