Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

VLUU L100, M100  / Samsung L100, M100   3° dimanche de L’AVENT   B

   Jn. 1,6-8. 19-28

   « Qu’en est-il ? » « Es-tu ? » « Qui es-tu ? » « Que dis-tu sur toi-même ? » « Pourquoi baptises-tu ? »

   Jean-Baptiste assailli de questions, devient un ‘?’ Depuis sa naissance, d’ailleurs, il l’est, même pour ses proches : « Que sera donc cet enfant ? » (Lc. 1,66) L’évangéliste Jean esquisse une réponse : « Il est venu comme témoin, pour rendre témoignage à la Lumière ». Passeur d’espérance, au deuxième dimanche de l’Avent, Jean (‘Dieu fait grâce’) – le Baptiseur, se présente aujourd’hui, dans l’évangile de saint Jean, frontière entre la Promesse de Dieu d’être toujours avec les siens et la venue de l’Emmanuel, « Dieu-avec-nous ». Seuil d’entrée dans cette Promesse.

   Dieu tient parole en devenant Verbe et Jean-Baptiste « voix », pénétrant toute obscurité pour que naisse la vraie Lumière. « Voix », Jean-Baptiste ne le sera que pour un temps. Mais cette saison au désert est la seule voie par laquelle il me faut passer avec lui pour vivre l’instant, le moment favorable de la venue du Sauveur.

   Ce détour est l’espace d’une écoute qui prépare. Une écoute, oui vraiment ! Si Jean-Baptiste peut se dire « voix », ce n’est qu’en référence à LA VOIX qui le précède et qui l’envoie. Sa mission est d’être l’écho de celle-ci. Héraut qui « marche devant, sous le regard du Seigneur, pour préparer ses routes, pour donner à son peuple la connaissance du Salut » (Lc. 1, 76-77).

   Jean-Baptiste m’apprend à concentrer toute mon attention sur le Christ, « la vraie Lumière ». Le prophète se met au service de la Révélation unique manifestée en la personne de Jésus. Pas plus que lui, je ne suis capable de « délier la lanière de sa sandale », tant Celui qui vient se fera lui-même le plus humble de tous, allant jusqu’à laver les pieds de ses disciples (Jn. 13, 1 et svs.). belle eau abbaye maumont

   C’est bien lui que Jean-Baptiste annonce déjà, lui qui ne rapporte pas les récits de l’enfance de Jésus. Il voit plus loin ! Celui dont il annonce la venue, comment sera-t-il identifié, reconnu ? Lui aussi sera source de questions, jusqu’au bout. Dès lors, je comprends mieux Jean-Baptiste en rapport direct avec celui dont il proclame la venue. Il n’est que ce qu’il est en relation avec l’Autre. Une identité imbriquée en quelque sorte s’invente.

  peupliers givre abbaye maumont Finalement, la seule chose que Jean-Baptiste puisse dire de lui-même, c’est ce qui, dans sa personne, dans sa vocation propre, est lié à Jésus. Peut-être est-ce ce qu’il me faut recevoir, au contact de Jean-Baptiste en ce temps d’Avent : l’annonce de la venue du Sauveur met tout en questions!

   Et je sais bien qu’il en sera ainsi tout au long de mes lectures de l’Évangile, jour après jour, dimanche après dimanche, année après année, jamais fini d’être déchiffré ! Mon attention est tenue en éveil ! Cette note singulière de l’Avent oriente mon écoute de la polyphonie du silence où la Lumière brille déjà !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *