Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Témoignage d'une Soeur de LavalJe viens d’un milieu rural, catholique pratiquant. Mes parents étaient en ferme. Enfant, j’aimais aller à l’église de mon village ; je disais alors que je voulais être « sœur » quand je serai grande. Mais à l’adolescence je n’en parlais plus !
J’ai travaillé tôt, comme aide-soignante, pendant plusieurs années. C’est vers 18-19 ans que j’ai commencé à fréquenter un groupe de prière, et dès la première rencontre, l’appel à suivre Jésus dans la vie religieuse s’est réveillé en moi. Si je n’y ai pas mis de résistance, je n’étais pas non plus pressée d’y répondre, voulant « profiter » de ma jeunesse en faisant des expériences diverses (voyages, et surtout rencontres avec des ami(e)s). La question du mariage s’est évidemment posée plusieurs fois, mais si une part en moi était attirée par cette voie, au plus profond, autre chose m’habitait. J’ai aussi fréquenté des Foyers de charité et le Renouveau charismatique, et j’ai été très attirée par les communautés nouvelles, en particulier les Béatitudes où je suis allée vivre plusieurs week-ends et séjours.

Avec des amies, je suis aussi venue à l’Abbaye de la Coudre ; j’y connaissais une personne qui était rentrée quelques années plus tôt. Après avoir longuement hésité entre les Béatitudes et La Coudre, au cours d’une retraite dans un Foyer de charité, j’ai décidé d’entrer au monastère. J’avais alors 27 ans. Aujourd’hui, après presque 30 ans de vie monastique, je puis dire combien je suis heureuse dans mon choix et dans mon engagement !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *