Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

   2°                               dimanche T. O.   B

   Jn. 1,35-42                                                  

   L’évangile de Jean lu ce jour, me situe au cœur de la recherche que je suis personnellement appelé à poursuivre sans cesse. Mise en situation pour m’éveiller aux vraies questions et les entendre résonner là où je peux reconnaître que la vie palpite et parle en moi. Pour demeurer vivant. Non en habitué mais aux aguets.

   Le regard libre du trop connu, du déjà-vu, prêt à recueillir quelques pépites jusqu’ici inexploitées.

   Devenir l’ami de cet inattendu lève bien des obstacles.

    Apprivoiser un commencement dévoile les trésors du réel. Jean le Baptiste ouvre cette voie à ses propres disciples en les orientant vers Jésus. Il ne retient rien ni personne pour lui, ne revendique aucun privilège. Son regard porte un message : « Voici l’Agneau de Dieu ». Qui peut vraiment comprendre cette parole qui surgit plutôt comme une énigme ? Et pourtant, deux des disciples de Jean entendent et suivent Jésus. Ce n’est pas parce que je ne peux pas tout comprendre immédiatement que je dois faire du sur-place ! Au contraire, une aubaine est là.

   Un dialogue s’engage, un des plus intenses de l’Évangile : « Que cherchez-vous ? » « Maître, où demeures-tu ? » « Venez et vous verrez. » Tout survient, inédit, en cet échange de paroles.

    Hôte du dialogue, je suis renvoyé à tellement plus grand que mon attente première.

   Invité, je pars, je vois, même si je ne peux pas dire quoi exactement. Et pourtant, du décisif vient de naître, unique et immense. Une rumeur se répand : « Nous avons trouvé le Messie ! »

  Jésus pose son regard sur Pierre : « Tu es Simon, fils de Jean ; tu t’appelleras Pierre ! »

  Une transformation aussi profonde ne fait pas de bruit. 

jmclibrededroit0294

 

Jésus passe dans une vie, et c’est TOUT !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *