Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Vie de prière

Dans l’agenda du moine, ce qui passe en premier, ce sont les rendez-vous avec le Seigneur. La journée est organisée autour de ces moments gratuits, autour de ces heures non rentables que sont les heures de prière.  C’est là tout le prix de la vie monastique : elle prévoit des moments où on ne fera rien d’autre que de prendre le temps de vivre pour Dieu, le temps de se retrouver en frères pour chanter ensemble l’amour de Dieu pour l’homme, le temps aussi de demeurer dans le silence en présence de Celui qui donne la vie.

Vie de travail

À Orval le travail est très diversifié. Les activités économiques les mieux connues relèvent de l’industrie alimentaire. Mais il faut citer nombre d’autres secteurs de travail : exploitation de la forêt, atelier de confiserie, reliure, icône, manutention à la Brasserie, sans oublier les multiples services et les tâches ménagères que nécessite une communauté stable d’une douzaine de frères : cuisine, buanderie, infirmerie, bibliothèque…  Selon la coutume cistercienne, la communauté d’Orval vit de ses activités : accueil et tourisme. Le fonctionnement de la fromagerie et de la brasserie est assuré par du personnel laïc de la région sous la responsabilité directe de la communauté. Pour la bière et le fromage, les ressources liées à l’utilisation de la marque sont consacrées à différentes formes d’aide caritative et à l’entretien du site.

Vie communautaire

Après la prière et le travail, le troisième élément caractéristique de notre vie est sa dimension communautaire. Devenir moine, c’est devenir un frère parmi d’autres frères, dans une communauté de vie où l’on s’engage pour toujours, par le voeu de stabilité. C’est dans le milieu fraternel d’un monastère déterminé que nous sommes invités à grandir dans le don de notre vie à Dieu, dans l’obéissance, la pauvreté et la chasteté. Cette vie ne va pas sans un profond renoncement à soi-même. Mais ce dépouillement assumé librement conduit à la joie : de génération en génération, les moines ont aimé reprendre ces mots d’un psaume : « Voyez comme il est bon, comme il est doux d’habiter. »