Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

brouillard2 abbaye maumont   13° dimanche T.O.   B

   Mc. 5, 21-43                                          

  Tout être humain est traversé par des désirs contradictoires. C’est sans doute ce qui fait sa richesse autant que sa complexité. Les grands rassemblements séduisent. Des foules peuvent se focaliser autour d’une idée donnant à rêver une unanimité qui révèle rapidement ses limites.

  Le merveilleux fait recette, mais ses effets éphémères déçoivent d’autant plus ceux qui en attendaient un certain bonheur. Tous les domaines de la vie connaissent leurs tentations propres et peuvent se laisser prendre par la séduction.

   La « grande foule qui s’assemble autour de Jésus » et va jusqu’à « l’écraser » attend de lui du spectacle, voire même du spectaculaire, de l’extraordinaire, le transformant en ce qu’il n’a jamais voulu ou cherché à être : un meneur, un faiseur de miracles, un manipulateur… Il suffit qu’un homme et une femme, timidement, l’abordent, pour que la foule passe soudain inaperçue, elle si présente et bruyante et cependant si loin de Jésus. coquelicots en fete abbaye maumont

   Aussi celui-ci va-t-il disperser cette concentration et la réduire à trois disciples. Pour ne pas jouer le jeu que la foule veut lui faire jouer ? Pour convoquer ses disciples à une approche plus ajustée de ce qu’il est vraiment ? Pour permettre au lecteur de devenir témoin de sa prévenance pour tous ? Chacun, chacune peut choisir sa manière d’entendre le message, de le recevoir, de l’interpréter pour mieux discerner que Jésus n’agit jamais pour se mettre en valeur, mais bien davantage pour placer l’humain au premier plan, lui donner la première place, susciter en lui le désir de vivre. christ icone abbaye maumont

  « Toucher le vêtement de Jésus », « déranger le Maître » quand cela ne semble plus nécessaire puisque la mort a fait taire la vie, entendre Jésus répondre à de telles audaces par : « ta foi t’a sauvée, va en paix » ou « ne crains pas, crois seulement…. Je te le dis, jeune fille, lève-toi ! »

marguerites abbaye maumont 

  Quels dialogues inouïs se déploient en si peu de mots, si peu de gestes ! Rien de spectaculaire. Juste l’espérance renouvelée, LA VIE rendue, des espaces de nouveau ouverts.

   La grande humanité de Jésus non démonstrative mais appelante, vivifiante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *