Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

carmel de surieu - Annonciation du SeigneurSamedi 25 mars – Solennité de l’Annonciation du Seigneur

Horaires de la Messe et des Offices monastiques en page d’accueil du Carmel de Surieu (horaires de semaine)

La Parole de Dieu qui veut prendre chair en Marie
a besoin d’un “oui” pour la recevoir…

Il existe un consensus pour affirmer que la réponse finale de Marie à l’ange et par lui à Dieu : « Je suis la servante du Seigneur. Qu’il me soit fait selon ta parole », était l’expression achevée de la foi d’Abraham et de tout Israël.

D’Abraham déjà avait été exigée une obéissance de foi inouïe, puisque, sur le mont Moria, il lui avait été demandé justement de rendre à Dieu le fils de la promesse, ce don que Dieu lui avait fait en récompense de sa foi, dans un sacrifice spirituellement achevé. En Marie, Dieu ira jusqu’au terme de cette foi, puisque, à la Croix au pied de laquelle elle se tient, aucun ange n’intervient comme sauveur, et qu’elle doit rendre à Dieu son fils, le fils de l’achèvement, dans une obscurité de foi, incompréhensible et impénétrable pour elle.

Mais dès la conception de Jésus est exigé un acte de foi qui dépasse infiniment celui d’Abraham. La Parole de Dieu qui veut prendre chair en Marie a besoin d’un « oui » pour la recevoir, un « oui » prononcé par toute la personne, esprit et corps, sans aucune restriction, même inconsciente, et qui offre toute la nature humaine, comme lieu de l’incarnation. Recevoir et laisser faire ne sont pas nécessairement une attitude passive : quand ils sont réalisés dans la foi, en face de Dieu, recevoir et laisser faire sont toujours une activité suprême.

carmel de surieu - Annonciation du SeigneurL’Annonciation n’est pas seulement tout entière une scène christologique, elle est en outre une scène trinitaire. Sa structure est très manifestement la première révélation de la Trinité divine. La première parole de l’ange, qui appelle Marie « celle qui a la faveur de Dieu », lui apporte le salut du Père, qu’elle connaît en tant que juive croyante. Puis, Marie se demandant ce que peut signifier cette salutation, l’ange lui annonce dans une deuxième parole qu’elle enfantera le fils du Très Haut, qui sera en même temps le Messie pour la maison de Jacob.

Et pour répondre à la question de ce qu’on attend d’elle, l’ange, dans une troisième déclaration, lui révèle que « le Saint-Esprit la couvrira de son ombre », si bien que son enfant sera appelé avec raison « Saint et Fils de Dieu ». Finalement Marie déclare accepter que tout se passe en elle, la servante, comme l’ange l’a dit. La Trinité de Dieu doit se manifester à l’incarnation du Fils non seulement dans une déclaration verbale, comme les lois de Dieu furent proclamées au Sinaï, mais en outre par un accomplissement existentiel dans l’homme dont la foi est parfaite et exemplaire  (Hans Urs von Balthasar, “Marie, première Église”, p. 47-51).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *