Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Le travail manuel, qui de préférence doit rester assez simple pour pouvoir s’allier à la prière intérieure, est un élément très important de la vie du moine. Dans certaines traditions monastiques, le travail intellectuel s’ajoutait au travail manuel. En tout cas, le moine ne doit jamais demeurer simplement oisif, même sous prétexte de contemplation. Il doit gagner sa vie par son travail : « Les moines seront vraiment moines s’ils vivent du travail de leurs mains », nous dit saint Benoît au chapitre 48 de sa Règle.

Le travail, que les moines cisterciens tiennent en grande estime, donne aux frères l’occasion de participer à l’œuvre divine de la création et de la Rédemption et de marcher sur les traces du Christ Jésus. Ce travail dur et rédempteur procure le nécessaire aux frères et à d’autres, spécialement aux pauvres, et manifeste la solidarité des moines avec la foule des travailleurs. Il est aussi l’occasion d’une ascèse profitable, favorisant l’évolution et la maturité personnelle, entretenant la santé du corps et de l’esprit. Enfin, il contribue beaucoup à la cohésion de toute la communauté.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *