• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye Notre-Dame de Venière

A un "tournant de ma vie", j'ai pu redécouvrir...

Retraite spirituelle pour les jeunes à l'Abbaye de Venière. Témoignage d'Anne-ClaireAu départ, je l'avoue, j'ai hésité à faire cette retraite. Je connaissais déjà le monastère et les sœurs de Venière pour y avoir séjourné déjà  fois quelques jours pour "travailler", et j'avais envie depuis quelques temps déjà, d'un "temps pour moi", pour me mettre à l'écart "du monde", de ma vie professionnelle et personnelle, de me reposer, de faire un peu "silence" autour de moi...
En allant sur le site je suis tombée sur cette proposition de retraite, qui en fin de compte "tombait à pic", sans doute un signe...
J'ai eu peur au départ de la durée de la retraite et de l'emploi du temps bien chargé, mais j'ai sauté le pas !

Et au final je ne regrette absolument pas, même au contraire, rater un "truc pareil" à un moment de ma vie où j'en avais tant besoin aurait été vraiment dommage !


Les journées sont rythmées par des temps d'enseignement, de lecture et d'étude de la parole, de prière, de travail en clôture avec les soeurs dans le parc ou ballade, des 7 petits offices, et des repas (suite à la réflexion de certaines personnes de mon entourage: NON, on ne meure absolument pas de faim dans un monastère, en tout cas celui-là: repas variés, copieux, avec toujours de petites attentions personnelles... et le gouter !!!). Rien est obligatoire bien sur. Mais tout est important !!! Il y a quand même des temps libres, surtout le soir dès 20h45. Une rencontre en tête-à-tête avec une sœur est possible durant la semaine, je le recommande vivement, il m'a beaucoup aidée, et c'est très complémentaire avec le temps de la retraite.

Seul regret: être obligée de partir. Pourtant je suis restée une journée de plus pour profiter encore un peu des lieux "à mon propre rythme".

A un "tournant de ma vie", j'ai pu redécouvrir l'importance de la lecture de la parole, celle de la prière (du cœur et non de l'esprit !), du silence, et un "Dieu-personne" et "tout Amour", qui peut être en relation permanente avec moi si j'accepte de lui laisser un peu de place dans mon quotidien et de lui ouvrir la porte mon cœur.

J'ai également pu recharger mes batteries, y voir un peu plus clair au niveau vie personnelle et professionnelle, et reprendre un nouveau départ, et cette fois-ci pas seule, plus jamais !!! Quel plaisir et quel soulagement d'en avoir pris conscience !!!

Vivement la suite de cette retraite !

Merci à toute la communauté et à sœur Marie-Liesse particulièrement pour cette formidable et si bénéfique parenthèse de la Toussaint !

PS: si vous hésitez encore = n'hésitez plus, et écoutez votre cœur...

Anne-Claire, 29 ans. "Chercheur de Dieu" de la Toussaint 2014 à l'Abbaye de Venière.

1
0
0
s2smodern