• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye Saint-Pierre

Une escale à Solesmes

solesmes-temoignage-jeanÀ Paris, peut-être encore plus qu’ailleurs, les jours se succèdent, la vie file, nous emporte dans son tourbillon. Je voulais, pour un court instant, m’arracher au flux, demander au Seigneur de me faire accoster sur la grève, de faire escale dans un havre de paix. Au hasard d’une navigation internet, Solesmes attira mon œil. La robustesse de ses murs, perchée au-dessus du cours d’eau, la force de la prière qui semblait s’en dégager… je pris ma décision très vite afin de ne plus pouvoir faire machine arrière.

Et c’est ainsi, qu’après un déjeuner dominical je m’en allai vers Solesmes.

Dès l’accueil, je fus touché par la paix qui se dégageait de ces lieux, la gentillesse et la douceur des moines. Nous étions là une dizaine de laïcs, comme des berniques agglutinées sur un rocher, tâchant de nous imbiber de cette paix, intemporelle. Initiation à Saint Benoît, temps de silence, entretiens privilégiés avec un père, le souffle de l’Esprit, à temps et à contretemps, la beauté des offices et le renoncement de chaque frère humblement et joyeusement signifié. La petite voie de Sainte Thérèse approfondie, redécouverte. La Transfiguration du Christ et les vœux perpétuels de deux frères. Mystère pour le monde. Gloire pour le Christ et son Église. La force de l’engagement tranquille et souriant.

Certes tout ne fut pas facile. Le premier soir, s’asseoir dans le coin de sa cellule. Dans le silence. Et la cloche qui retentit, découpant la journée au gré de son appel. Fichtre. Encore 6 jours ! Mais la grâce agit peu à peu, la volonté serre les coudes, et le semeur peut envoyer d’un geste ample la parole du Christ à toute volée. La terre est toujours mauvaise, pierreuse, mais déjà plus réceptive, abreuvée de la Paix.

Et déjà c’est la fin. Il nous faut quitter la communauté, déphasé après ce stage en haute montagne, et revenir dans la plaine, mener le bon combat. L’allant est bien présent. Et le Christ marche avec nous.

Vivement la prochaine escale !

Jean, 30 ans. Retraite de discernement à l'Abbaye Saint-Pierre de Solesmes

1
0
0
s2smodern