• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Saint Joseph de Brou

Pardon et Miséricorde...

fauteuils2Pardon et Miséricorde ...

En français courant, ces deux termes sont parfois synonymes mais cette identification, quoique valable, risque de nous faire passer à côté d'une richesse contenue dans chacun de ces deux mots.

Pardon ...
Le pardon c'est la remise de dette. Dans ce mot il y a le mot « don » et le mot « par » ce qui fait ranger le pardon dans le « casier » de la « grâce », de quelque chose qui est gratuit ; et en même temps, de quelque chose qui vient d'ailleurs dont je ne suis ni maître ni fabricateur. « Notre Père, pardonne-nous nos offenses comme nous pardonnons nous aussi à ceux qui nous ont offensés. »

Le préfixe « par » qui est contenu dans le pardon laisse entendre un pas à faire, une espèce d'effort qui dépend de celui qui donne et aussi de celui qui reçoit le pardon. Le pardon nous est offert mais ce don implique un engagement de notre part !

Le pardon n'est pas quelque chose d'automatique ! Pour y arriver, on a besoin du désir. Même si le pardon est un don pour celui qui le donne et pour celui qui le reçoit, il ne reste pas moins que le désir de pardonner et d'être pardonné est comme une condition, une terre assoiffée qui attend être arrosée.
A y regarder de près, même si le pardon et la miséricorde ne sont pas synonymes, il ne reste pas moins que les deux sont « attirés » par la « misère ».

Miséricorde ...valognes 520
Ce terme contient aussi deux mots que sont « misère » et « corde ». Je pense que l'on pourrait dire que la miséricorde est « les cordes qui sont lancées à la misère. »
La miséricorde, avant d'être un acte, est un état. Le miséricordieux est celui qui « sait voir ». Dans le livre de l'Exode le Seigneur dit à Moïse : « J'ai vu la misère de mon peuple et je suis descendu pour le délivrer » (cf. Ex 3)
Un soignant qui accourt vers un malade, est comme attiré par la faiblesse de celui-ci, il sait qu'il a besoin de lui, il vient à son secours. C'est idem pour une mère ou un père vis-à-vis de son petit dépendant.

Selon des dictionnaires, dans la miséricorde il y a « la fidélité, la pitié, la compassion, l'amour ». En bref, la misère fait fractionner le cœur, et ce processus est appelé « miséricorde. » Oui, dans le mot miséricorde il y a bien « un lien » un « attachement », la fameuse corde jetée vers la misère.

1
0
0
s2smodern