• Annonciade

    Les Soeurs de l'Annonciade

    Au début du 16ème siècle, Sainte Jeanne de France fonde la Fraternité Annonciade d'inspiration franciscaine. Les Sœurs se mettent sous la protection de la Vierge Marie et la prennent comme modèle.
    Ayez continuellement la Vierge de­vant les yeux
    Prologue de la Règle de l'Annonciade
  • Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît
  • Cisterciens

    Les Cisterciens

    A Cîteaux en Bourgogne fut fondé le premier monastère cistercien au 12ème siècle par trois bénédictins, Saints Robert, Albéric et Etienne. Des Sœurs firent de même à l'abbaye de Tart. La simplicité est un valeur qui leur est importante.
    La mesure d'aimer Dieu, c'est d'aimer sans mesure
    Saint Bernard
  • Carmélites

    Les Carmélites

    Aux 12ème siècle, s'inspirant du prophète Élie, des ermites vivent dans les grottes du Mont Carmel, insistant sur la prière. Au 16ème siècle, Sainte Thérèse d'Avila et Saint Jean de la Croix fondent les Carmes déchaussés.
    Aimer, c'est tout donner et se donner soi-même
    Sainte Thérèse de Jésus
  • Clarisses

    Les Clarisses

    Les Clarisses tiennent leur nom de Sainte Claire d'Assise qui fonde cet ordre au 13ème siècle à la demande de Saint François d'Assise. La vertu évangélique de la pauvreté fait toute leur richesse.
    Regarde-le, médite-le, contemple-le,
    Sainte Claire

Ca n'te manque pas tes potes ?

 " - Est-ce que parfois je n'aurais pas envie d'aller faire quelque chose d'un peu habituel, d'un peu plus banal que la vie qu'on mène ici ? d'aller prendre un café avec des potes, ou d'aller refaire le monde en prenant une bière ? Pas vraiment : Au fond, mes vrais potes, ils sont ici, c'est pas des potes, c'est des frères. Et c'est avec eux que je refais le monde..."

Lire la suite

La vie en communauté ?

Ce n’est pas du tout…
un groupe de bonnes amies qui a décidé de vivre ensemble

Mais c’est bien plutôt…
des femmes qui ont répondu chacune personnellement à un appel du Seigneur et qui se reçoivent les unes des autres de Lui pour apprendre à vivre en sœurs.

Lire la suite

Entrer dans la vie Monastique à Aiguebelle

" - Au plus profond de mon cœur, le seigneur m'a appelé, invité. Je lui ai répondu oui, pour poser cet acte de foi, pour lui et son amour et le monde. Je lui ai répondu Oui pour être à sa suite comme les apôtres l'ont fait, à tout laisser, à se dépouiller de leur orgueil et des choses du monde".


Lire la suite

Les difficultés rencontrées au début de la vie monastique

" - Les difficultés au début de la vie Monastique, la séparation du monde et la séparation spéciale avec la famille. Cette séparation qui, vécue dans la foi, nous permet de recevoir nos parents, notre famille au centuple et dès ici-bas comme nous le dit l'évangile. Il ya aussi la solitude, le silence qui est très fort dans la vie cistercienne et le célibat."

Lire la suite

La vocation monastique

" -Ce qui m'a fasciné tout de suite dans la vie monastique, ce qui m'a amené à venir ici, à l'abbaye, c'est ce choix radical de Dieu, l'offrande totale de ma vie au Seigneur, de me mettre humblement à son service pour sa gloire et pour le salut du monde, c'est à dire pour l'amour de mes frères. Lorsque j'ai discerné ma vocation, j'avais la grâce, la certitude que de faire la volonté de Dieu, c'est ça qui rend l'homme heureux."

Lire la suite

Le moine, un homme assoiffé de bonheur et d'amour

" - Je vous parlais des difficultés que peuvent rencontrer certains jeunes en entrant au monastère, mais il ne faut pas oublier que lorsque le Seigneur nous invite à vivre telle ou telle vie, Il nous en donne aussi la grâce. Et si l'on devient moine, c'est parce que, avant tout, nous sommes assoiffé de bonheur...."

 

Lire la suite

Comment avez-vous découvert votre vocation ?

" - Le cœur du problème, c'est le salut en Jésus Christ. Le Christ m'est apparu, comme à beaucoup d'ailleurs à ce moment là, en particulier au cœur de la communauté de Taizé, comme celui qui était capable de me donner le sens pour ma vie, qui est capable de me toucher personnellement..."

Lire la suite

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.