• Annonciade

    Les Soeurs de l'Annonciade

    Au début du 16ème siècle, Sainte Jeanne de France fonde la Fraternité Annonciade d'inspiration franciscaine. Les Sœurs se mettent sous la protection de la Vierge Marie et la prennent comme modèle.
    Ayez continuellement la Vierge de­vant les yeux
    Prologue de la Règle de l'Annonciade
  • Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît
  • Cisterciens

    Les Cisterciens

    A Cîteaux en Bourgogne fut fondé le premier monastère cistercien au 12ème siècle par trois bénédictins, Saints Robert, Albéric et Etienne. Des Sœurs firent de même à l'abbaye de Tart. La simplicité est un valeur qui leur est importante.
    La mesure d'aimer Dieu, c'est d'aimer sans mesure
    Saint Bernard
  • Carmélites

    Les Carmélites

    Aux 12ème siècle, s'inspirant du prophète Élie, des ermites vivent dans les grottes du Mont Carmel, insistant sur la prière. Au 16ème siècle, Sainte Thérèse d'Avila et Saint Jean de la Croix fondent les Carmes déchaussés.
    Aimer, c'est tout donner et se donner soi-même
    Sainte Thérèse de Jésus
  • Clarisses

    Les Clarisses

    Les Clarisses tiennent leur nom de Sainte Claire d'Assise qui fonde cet ordre au 13ème siècle à la demande de Saint François d'Assise. La vertu évangélique de la pauvreté fait toute leur richesse.
    Regarde-le, médite-le, contemple-le,
    Sainte Claire
  • Dominicaines

    Les dominicaines

    Les Sœurs dominicaines soutiennent la prédication des frères par leur prière. Offrant à ceux qui le désirent un lieu de prière et de silence, leurs communautés sont elles-mêmes une prédication.
    Être saint, c’est être la personne que Dieu a créée pour être ce qu’elle est
    Fr. Timothy Radcliffe

Ste Elisabeth, toute éprise de Dieu



Ste Élisabeth de la Trinité (1880-1906)

Très douée pour la musique et fort à l'aise dans le monde où elle vit, elle a pourtant un caractère très fort. Mais, envahie par la présence d'amour de son Seigneur, elle apprendra à se vaincre, en se livrant à Dieu. Entrée au carmel de Dijon le 2 août 1901, elle vivra dans l'union étroite avec la sainte Trinité. Elle meurt à vingt-six ans le 3 novembre 1906.

Lire la suite

Ste Thérèse de Lisieux, la petite voie de la confiance et de l'abandon

Sainte Thérèse de L'Enfant-Jésus (1873-1897)

Née à Alençon, elle émigre à Lisieux avec les siens, après la mort de sa mère. Deux de ses sœurs entrent au Carmel de Lisieux. Elle les suit en 1888, alors qu'elle n'a que quinze ans. Elle va connaître la souffrance physique, l'aridité de la foi, mais aussi des moments de joie intérieure, toute livrée qu'elle est à l'Amour. Traduisant dans sa vie l'Evangile, elle ouvre la voie de l'enfance spirituelle et fait connaître le vrai visage de Dieu: le Père de tendresse, d'amour et de pardon.

Lire la suite

Les visages d'Elisabeth de la Trinité

 

  

"Une âme unie à Jésus est un vivant sourire
qui le rayonne et qui le donne."

 

  

Laisse-toi entraîner par sa vie en traces de lumière,
Elisabeth te conduira jusqu'à l'infini de l'Amour de Dieu.

Lire la suite

Ste Thérèse d'Avila, une maîtresse de vie spirituelle...

 

 

 

 

 

 

Sainte Thérèse de Jésus / d'Avila (1515-1582)

Sa vie se déroule dans un contexte mouvementé pour le monde et pour l'Eglise: la découverte du Nouveau Monde, la naissance du Protestantisme, le Concile de Trente. Ame de feu, grande mystique et femme d'action, elle réforme le Carmel et établit de nouvelles fondations, avec une audace et une foi qui surprennent. Elle mérite d'être appelée la "Madre".

Lire la suite

Vidéo sur l'Abbaye de Citeaux

Un jeune a réalisé cette vidéo sur Cîteaux. Il conclut : "Depuis plus de 900 ans, sur cette terre de Bourgogne, la foi ne se vit pas qu'à travers les textes sacrés, elle se vit aussi avec le corps et le coeur. Au contact de ces hommes, j'ai découvert les vertus du travail manuel, j'ai touché des silences riches d'enseignement et j'ai appris un peu plus sur moi-même. Et vous qu'apprendrez-vous ?"

 

Lire la suite

Journée Portes Ouvertes Hosties

Chaque année, l'atelier de fabrication des hosties ouvre ses portes. C'est l'occasion pour les petits et aussi les plus grands de découvrir une facette de notre vie de clarisses à Cormontreuil :

 

 

Lire la suite

A la suite de François et Claire d'Assise

Début 13ème siècle, Assise : François rencontre le Christ Pauvre et Crucifié.  Dès 1209, rejoint par 12 compagnons, ils partent à Rome pour faire approuver leur Forme de Vie.  Les Frères Mineurs (appelés aujourd'hui, franciscains ou capucins ou conventuels) sont nés.  En 1212, c'est au tour de Claire, une jeune fille de la noblesse d'Assise, de vivre l'Evangile à la suite de François, mais à Saint Damien où très vite, d'autres femmes viennent la rejoindre : 

 

Lire la suite

Prier : le cœur de notre mission

gestuelle-ascension

La journée est rythmée par des temps de prière en commun à la chapelle : louange, prière incarnée, simplicité, intériorité, adoration eucharistique silencieuse, beauté,…

Nous attachons beaucoup d’importance à la Liturgie : Chant, musique, 

gestuelle, art floral. Nous la voulons belle, priante, joyeuse et simple.

accueil-mains-sur-flute...

Lire la suite

Communauté des Clarisses de Cormontreuil

Avec les sœurs que Dieu m’a données

Nous venons d’horizons très différents : pays, milieux sociaux, expériences d’Eglise,… ; chacune avec son histoire personnelle et ses racines porte une réalité du monde d’aujourd’hui, donnant du poids à notre prière.

Au cœur de notre diversité, c’est le Christ qui nous rassemble et qui nous fait marcher dans le quotidien, allègres et joyeuses, pour construire notre vie fraternelle par le dialogue, le respect, le pardon… Chacune est amenée à faire surgir le plus beau d’elle-même et des autres.

Lire la suite

Une vie de simplicité

A l'exemple des Pères de Cîteaux qui recherchaient une relation simple avec le Dieu simple, la façon de vivre des frères est simple et frugale.
Tout dans la maison de Dieu doit être en harmonie avec ce genre de vie où le superflu n'a aucune part, en sorte que la simplicité elle-même puisse être un enseignement pour tous.
Cette simplicité doit apparaître aussi clairement dans les bâtiments et le mobilier, dans la nourriture et le vêtement, et jusque dans la célébration liturgique.

 

Lire la suite

Une vie de travail

Le travail manuel, qui de préférence doit rester assez simple pour pouvoir s'allier à la prière intérieure, est un élément très important de la vie du moine. Dans certaines traditions monastiques, le travail intellectuel s'ajoutait au travail manuel. En tout cas, le moine ne doit jamais demeurer simplement oisif, même sous prétexte de contemplation. Il doit gagner sa vie par son travail : "Les moines seront vraiment moines s'ils vivent du travail de leurs mains", nous dit saint Benoît au chapitre 48 de sa Règle.

Le travail, que les moines cisterciens tiennent en grande estime, donne aux frères l'occasion de participer à l’œuvre divine de la création et de la

...

Lire la suite

Une vie de lecture

Une valeur importante de la vie est la lecture des saintes Écritures, appelée la Lectio divina. Elle consiste à lire et à relire attentivement et lentement les Écritures. A les méditer, à lire ses commentaires des Pères ou d'auteurs spirituels de l'Église (surtout pour nous les Pères cisterciens), afin de s'en imprégner petit à petit. À laisser se transformer notre cœur par le souffle de l'Esprit Saint, convaincu que derrière le texte, Dieu est présent.

Une Lectio divina assidue favorise grandement chez les frères la foi en Dieu. Cet exercice excellent de la vie monastique, où la Parole de Dieu est écoutée et ruminée, est source de prière ; elle est également école de contemplation où

...

Lire la suite

Une vie de prière et de silence

Le moine ne doit rien préférer à "l’œuvre de Dieu". La vie de prière de la communauté est avant tout une prière commune, la Liturgie des Heures. Cette prière liturgique atteint son sommet dans la célébration eucharistique, source et centre de la journée du moine. Sept autres offices se répartissent tout au long de la journée. Ils permettent aux frères de revenir à l'essentiel, Dieu lui-même, et de sanctifier les différentes heures de la journée.
En esprit de componction et dans la ferveur d'un désir intense, les moines s'adonnent fréquemment à l'oraison. Demeurant sur terre, ils vivent en esprit dans les cieux, désirant la vie éternelle de toute leur

...

Lire la suite

  • 1
  • 2

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.