• Carmélites

    Les Carmélites

    Aux 12ème siècle, s'inspirant du prophète Élie, des ermites vivent dans les grottes du Mont Carmel, insistant sur la prière. Au 16ème siècle, Sainte Thérèse d'Avila et Saint Jean de la Croix fondent les Carmes déchaussés.
    Aimer, c'est tout donner et se donner soi-même
    Sainte Thérèse de Jésus

Carmel de Nevers

PAR-DONNER... chemins...de vie...

arbre mortune clé... pour par-donner
      Vu mon âge, j’ai eu beaucoup de pardons à donner, grands et petits !... J’ai toujours été très aidée à les donner par un petit mot de cinq lettres : « comme »... sous-entendez... comme je voudrais que Jésus me pardonne...
Mais , peut-être faut-il se reconnaître soi-même... pêcheur... devant notre Dieu de toute miséricorde.

 


pardonner jusqu’à 77 fois x 7 fois...
De vive voix.. Avec la même personne.. c’est bien impossible !
Et pourtant !
Cette insulte... ne m’est-elle pas revenue à la mémoire bien plus de 77 fois x 7 fois..
Autant d’occasions de pardonner encore et encore du plus profond de moi...

 

 chemin en forêt

pas à pas... 

Confrontée à un rejet affectant l’avenir familial, bafouant affection,
confiance et dévouement,
j’ai pu vivre, alors que je découvrais la Bible,
un pardon « humain, » sans motivation chrétienne encore explicite.
Douleur et scandale étaient réels
mais je comprenais les motifs et les sentiments de chacun.
C’est sans rancune que j’ai pu pardonner.
30 ans plus tard, à cause de l’année de la Réconciliation, j’ai pu renouer une relation
affectueuse, comme si rien d’injuste ne s’était passé, avec l’une des deux responsables.

feu15 ans, après l’épreuve douloureuse d’une accusation et d’une exclusion,
où dignité et réputation avaient été atteintes,
j’ai perçu une parole intérieure pressante,
m’invitant à aller sur le champ donner mon pardon
à deux des personnes du jugement final.

Je n’en avais pas eu l’intention...
mais j’ai reçu ce pardon à donner devant le Saint Sacrement exposé...
Je l’ai vécu dans une grande paix... sans ressentiment !

 

25 ans après, j’avouais à une troisième personne à l’origine de cette épreuve, mon incompréhension devant son attitude.                                                                                       muguet Elle m’a alors demandé pardon... Je me suis entendue lui dire que je lui pardonnais...
Comme David, je suis allée danser et chanter devant le Saint Sacrement...
comprenant la joie du Seigneur quand nous lui demandons pardon... et sa joie de nous pardonner...
En cette affaire, j’avais demandé pardon peu après pour ce qui aurait pu blesse sans l’avoir voulu..

Un pardon me reste à donner. En cette année de la Miséricorde, la seule chose que je suis poussée à dire :
‘Fais-lui miséricorde en espérant que de son côté, elle peut te la faire’...
Car, il reste bien évident que si l’on n’est pas coupable de ce qui nous est reproché,
on a toujours sa part de responsabilité... et l’autre a aussi à pardonner..
 On peut donc « excuser » l’autre, d’autant plus que le Seigneur, lui, a bien plus à nous pardonner.

1
0
0
s2smodern