• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye Notre-Dame de Maylis

Solitude et communion

Témoignage d'Aurélie, 32 ans, Retraite Faire le point 2017

Aurelie KakiesseLe cœur très lourd, je suis arrivée à l'abbaye de Maylis pour avoir la réponse à une question très importante. J'étais face à un choix qui allait avoir de lourdes conséquences pour ma vie future.

J'avais un réel besoin de prendre du temps pour moi, de me couper du monde, et surtout besoin de solitude pour pouvoir entrer en relation directement à Dieu. Ma seule crainte avant le début de cette retraite : le groupe. J'avais peur de ne pas avoir assez de moment de solitude et de silence. Elle a vite été balayée. Il y a eu rapidement un amour fraternel, beaucoup de bienveillance, de respect du silence et de la solitude de l'autre, d'écoute et de compassion et tout cela, sans jugement sur le parcours de vie de chacun. Cette retraite a été un vrai bol d'oxygène, un vrai moment de communion, un vrai ressourcement.

Clairement, il y a eu un avant et un après. J'ai reçu de nombreuses bénédictions grâce à l'amour fraternel reçu par le groupe, aux enseignements de qualité qui nous ont apporté une bonne base pour continuer à approfondir l'Amour du Christ, l'accompagnement des frères, le lieu qui est paisible et reposant. Deux choses m'ont marquée à l'abbaye : la joie et l'humour des frères ! On ne peut être qu'admiratif de voir autant de bonheur !

Je suis repartie de l'abbaye avec ma réponse, le cœur léger et surtout rempli de l'Amour du Christ.

1
0
0
s2smodern

Libéré du regard des autres

Joan, 35 ans, Faire le Point 2017

Joan SusperreguiJ'avais prévu de faire une retraite seul à Maylis, mais la Providence a voulu que je la fasse avec des personnes qui voulaient "Faire le point" comme moi. Voulant rentrer au séminaire, je m'étais mis sous la protection de l'Amour pour une vie consacrée à Dieu. L'aventure avec ces jeunes pleins d'interrogations m'a appris que l'Amour ne se rencontre pas uniquement face à Dieu mais aussi avec son prochain.

Je suis Basque et j'ai dû mettre ma fierté à la poubelle, c'est assez dur mais pas impossible...! Je me sentais différent des autres et j'avais peur de ça ! Mais la Sainte Vierge nous dit qu'elle nous aime parce que nous sommes ses enfants et tous différents ! J'ai trouvé une confiance en moi grâce à l'amour de la Sainte Vierge et du Seigneur. Je ressens cet amour pur de Dieu, qui m'a fait prendre conscience durant la retraite que j'étais unique !

Maintenant je peux vivre en Paix et dans l'Amour de Dieu. Mon Cœur s'est ouvert et j'apprends à dire ce qu'il contient. Ce n'est pas si simple, car l'amour de Dieu est si infini et nous tous si petits...! Maintenant, mon chemin s'est éclairci. Je souhaite à tout le monde d'assumer nos différences malgré nos bêtises, car Dieu nous aime tous comme nous sommes ! Je n'ai pas de mots pour dire comme je suis fier d'avoir un Père et une Mère si beaux qui m'ont libéré des jugements qu'on a pu porter et qu'on portera sur moi...

Je souhaite à tous le bonheur qui m'envahit tous les jours que Dieu fait, et de profiter de tous les gens qu'on aime et surtout ceux que l'on n'aime pas ! Eh oui, c'est aussi l'amour de Dieu ! 

1
0
0
s2smodern

Surprise et choyée par l'Amour

Claire, 23 ans, Retraite Faire le Point 2017 à Maylis

Claire LemaireJ’ai atterri à Maylis un peu par hasard, par la magie d’internet —et surtout la bienveillance de la Providence. Je souhaitais faire une pause spirituelle au cœur de mon été, et pour des raisons de dates, mais aussi pour le thème de « Faire le point », j’ai choisi cette retraite… et je n’ai pas été déçue !

J’y allais pour faire une sorte de bilan d’une année riche, passée à l’étranger, exaltante mais instable ; je cherchais à donner du sens à ce bouillonnement qui ne me laissait pas en paix. J’avais par ailleurs l’intention de « découvrir » que faire l’année prochaine sur le plan professionnel, et où le faire — je m’attendais un peu à une révélation textuelle, « Va à tel endroit dans telle entreprise » … Je suis arrivée pleine de certitudes sur ma vie spirituelle, avec une conception un peu rigide : « il faut », « il ne faut pas », et une certaine lassitude, l’impression que Dieu m’avait oubliée. Mais au fur et à mesure que le temps a passé, l’accompagnement spirituel a permis de mettre au jour des points saillants de ma vie personnelle, humaine comme spirituelle, qui n’étaient pas ajustés. L’on croit que l’on va en retraite pour trouver le calme et la paix directement, mais en fait, j’ai découvert que si l’on ouvre son cœur et que l’on accepte de se laisser guider en faisant l’effort de s’abandonner à l’Esprit pour qu’Il ait toute latitude d’agir en nous, c’est finalement là que le Seigneur nous surprend !

A la retraite « Faire le Point », cet abandon est passé par tous les moments vécus : méditation de la Parole de Dieu (c’est la lectio divina — mais selon une approche originale, s’attachant au cœur plus qu’à l’intellect, ce qui permet de lâcher prise !), topos (super intéressants et vivants !), repas avec les autres retraitants (en silence à écouter des lectures lues par un frère, sauf au déjeuner où l’on peut parler à partir du fromage), des temps de service (la vaisselle, du jardinage, des petits travaux), et bien sûr les offices. Le chant des moines est magnifique ; et à force de psalmodier ces mots que Jésus lui-même a dits, nous devenons pétris de Jésus Lui-même ! Je me suis rendue encore davantage compte à quel points les psaumes étaient riches, parlaient de nos situations, me permettaient de prier bien mieux qu’avec mes pauvres mots, que ce soit pour louer ou supplier. L’adoration, l’une de nuit, l’autre de jour, fut également l’occasion de me laisser rejoindre par le Seigneur au cœur de cette retraite, au cœur des combats à mener. Et Maylis étant un sanctuaire marial, l’intercession et la douceur de la Sainte Vierge ont irradié mes journées, même si sur le moment je ne le sentais forcément... mais Marie est demeurée présente tout au long de cette semaine, comme elle l’avait été aussi bien au pied de la Croix qu’au moment glorieux de la Résurrection. Ainsi, tout le cadre nous porte, et en acceptant au bout d’un petit moment d’arrêter de vouloir tout maîtriser, c’est l’Esprit qui m’a fait décoller… et son fruit le plus puissant a été la paix, profonde, émerveillée, pleine d’action de grâce.

Je me suis également sentie choyée : un couple lumineux est venu témoigner de la grâce de Dieu dans le mariage, nous avons été accueillis avec simplicité et très grande joie par les moniales bénédictines toutes proches, nous avons eu droit à des topos pleins d’humour et de charité, sans compter le grand sourire du frère qui apportait le repas et me montrait les plats qui m’étaient spécialement destinés à cause de mes intolérances : ou quand la faiblesse et le service se rencontrent dans la joie et la simplicité… Oui, les moines et chacune des personnes rencontrées furent pour moi le sourire de Dieu ! Sans oublier la prière, dont les frères rayonnent pour chacun des retraitants, qui a réellement pétri mes relations et m’ont fait me sentir profondément aimée de Dieu — sans condition, gratuitement, pour ce que je suis réellement… Il y a peu de lieux dans notre société où l’on peut s’approcher si près de ce Soleil d’Amour et bronzer à Sa Lumière !
In fine, je n’ai rien eu de tout ce que j’avais initialement attendu de cette retraite : je n’en sais toujours pas plus à propos de cette année passée ni à propos de mon avenir professionnel. Mais j’ai finalement gagné bien plus : j’ai redécouvert combien Dieu est bon, combien Il aime chacun de nous, combien sa Parole est savoureuse ; j’ai senti dans mon âme et dans mon corps que son pardon est réel et son amour inconditionnel. J’ai pris conscience que notre vocation chrétienne, notre vocation à la sainteté, c’est de vivre partout et tout le temps de la Vie de l’Esprit, de la communion de la Trinité. Je suis ressortie dans une telle paix, une telle joie profonde : celle d’avoir vécu la fraternité, l’abandon, d’avoir goûté la Présence de Dieu… et j’ai reçu en prime de connaître une communauté de frères où me ressourcer. Dieu est si bon, éternel est son Amour !

1
0
0
s2smodern

Recentrement sur Dieu

Témoignage de Marie, 26 ans, enseignante : Retraite Faire le Point à Maylis

portraitPartir une semaine dans un monastère au lieu d'aller me divertir en Corse chez une amie, comme cela était prévu ? C'est le pari un peu fou que j'ai fait cet été, en m'inscrivant à la retraite « Faire le point » proposée par l'abbaye de Maylis. À l'origine de ce choix, une première année professionnelle envahie par les questions et le doute. L'indépendance financière m'a brusquement fait comprendre que j'étais adulte et que c'était désormais à moi de construire ma vie. Mais dans quelle direction ? Et avec quel sens ?

L'aventure commence dès notre arrivée à Maylis, où la beauté et la paix des lieux font déjà sentir la présence de Dieu. Ici, pas de portable ; c'est avec l'esprit saint qu'on est connecté ! Les topos et témoignages nous donnent de précieux outils, mais c'est dans le silence de la prière que nous apprenons à écouter la voix du Seigneur. Au rythme des offices monastiques, nous nous recentrons sur Dieu et nous Lui redonnons une place dans notre vie et dans nos choix.

Cette retraite s'est vécue dans la fraternité et, malgré le silence, les liens créés entre nous ont été très forts. Il en était de même avec les moines, dont la bonté et la foi lumineuse m'ont beaucoup émue. Si je n'ai pas encore de réponses à toutes mes questions, je repars le cœur en paix. Sur le chemin de la vie, Dieu m'accompagne. Les grâces reçues durant cette retraite ont été nombreuses et c'est pleine de confiance que j'aborde cette nouvelle année. 

1
0
0
s2smodern

Faire halte, et repartir plus brûlant

Valentin, 25 ans : la Retraite Faire le Point à Maylis

portraitDans notre monde si désertique spirituellement, les oasis de fraîcheur se font rares et il est fréquent de voir notre foi, cette source d'eau vive, se tarir quelque peu. Il nous est donc vivement recommandé de faire une halte dans notre pèlerinage de vie afin de nous ressourcer, nous reposer et ainsi repartir plus brûlant de l'Esprit.

L'abbaye Notre Dame de Maylis fut pour moi ce doux bivouaque, où le silence de la méditation se joint à la majesté de la liturgie bénédictine. Que demander de plus pour "faire le point" ? Le cadre de l'abbaye, la bonne humeur de ses occupants, la nature environnante, la participation au travail communautaire, la prière avec les moines et des topos riches de sens favorisent pleinement l'immersion dans cette retraite.

Ainsi, nos instants à flâner (car il y en a !) prennent une toute autre saveur, celle de cette liberté qui nous offre le temps d'aimer Dieu un peu plus chaque seconde. Mon plus beau souvenir restera sans aucun doute le doux éveil de la Création, lorsque toute la nature fait encore silence et que les cloches de l'église sonnent dans la nuit noire les matines et au petit jour les laudes. C'est une très belle expérience dont on ressort plus confiant, plus apaisé et plus fervent

1
0
0
s2smodern

Oser prendre le temps de faire le point

Arthur, 26 ans : Faire le Point à Maylis

Arthur BrunierDans notre vie qui va à un rythme fou, entre boulot, soirées, week-end entre amis ou en famille, activité associative, il est parfois important de savoir faire une pause, pour être sûr que nous avançons dans la bonne direction.

La retraite proposée par les frères bénédictins de l’abbaye de Maylis, dans les Landes, permet à chacun, d’où qu’il vienne, quel que soit son parcours, de prendre du temps pour soi et avec Dieu, dans le silence et la prière afin d’écouter ce qu’Il veut pour nous. La retraite permet de déposer au pied du Seigneur nos questions, nos doutes, nos peurs et nos joies afin qu’avec Lui, nous puissions avancer et décider du chemin que l’on veut suivre.

Des raisons très diverses nous poussent à vivre cette expérience. Certains viennent avec une question précise sur leur vocation, leur orientation professionnelle ou personnelle. D’autres n’ont pas d’objectif précis, si ce n’est celui de prendre du temps pour Dieu et avec Dieu.

Rythmées par la vie des frères, les journées se composent d’une vie de prière intense, de temps d’enseignement et de travail ainsi que des temps de silence personnel et d’accompagnement individuel permettant à chacun d’avancer à son rythme et de répondre à ses attentes tout en étant porté par la prière de tous.

Un peu anxieux avant de venir, je me suis très rapidement senti bien. La beauté du lieu, l’accueil de la communauté, la profondeur et la diversité des enseignements ainsi que la force de la prière qui émane du lieu ont été pour moi source d’une grande paix et de joie intense. Je recommande à tous d’oser prendre le temps de vivre un temps comme celui-ci, pour faire le point. Les fruits de cette retraite sont multiples. Au-delà de cette paix intérieure qui m’habite, j’ai pris le temps de me réconcilier avec le Seigneur, j’ai redynamisé ma vie de prière, j’ai approfondi ma foi, j’ai découvert un lieu de ressourcement incroyable et j’ai noué de nouvelles amitiés fortes.

Merci Seigneur d’avoir mis sur mon chemin ces hommes et ces femmes qui me permettent d’avancer dans ma vie et sur le chemin de la sainteté vers laquelle Tu nous appelles tous.

1
0
0
s2smodern