• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Saint Benoît pour aujourd'hui

stbenoitLe 11 juillet, c'est la Saint Benoît.

Bonne fête pour tous les "Benoît" et les "Bénédicte" (y a-t-il des "Benoîte" ?), mais en plus pour tous les Bénédictins et les Bénédictines dans le monde -et c'est un gros bataillon !-

Lire la suite

0
0
0
s2sdefault

La vie jusqu'au bout

christnuitToujours en ligne ?

Eh bien il faut que tu saches que pour moi c’est formidable de te rejoindre sans t’avoir jamais vu, mais surtout de me rendre compte que cette histoire de notre rencontre en ce moment, c’est l’histoire de Dieu qui te rencontre en direct en me rencontrant pour que je te rencontre !!

Dieu nous donne le tournis à force de nous aimer dans les rencontres, dans chaque vraie rencontre, cœur à cœur, où chacun se dit qu’il n’a jamais été si vrai face à quelqu’un en lui disant : « je veux que tu vives ! ».

Nous allons aujourd’hui vivre ensemble la fête de l’Ascension, drôle de mot pour dire en même temps que Jésus entre dans le ciel de son Père qui est Dieu et qu’il entre au plus profond de nous pour ne plus jamais nous quitter : « je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde ».

Quand il s’en va, il vient, c’est pour cela que les apôtres ne sont pas tristes ce jour-là mais pleins de joie : il disparaît pour être inséparable de chacun de nous.

Quand on cherche à comprendre Dieu, on finit par ne plus rien comprendre, parce qu’il nous dépasse complètement ! Il a eu envie d’avoir comme nous un corps, un vrai corps comme le nôtre, avec sa part d’inconscient, ses désirs, ses gestes, sa parole, bref, tout comme nous. Et pour aller jusqu’au bout, là où rien ne triche, il est mort ! Alors là, plus d’espoir ?

Si, justement là, il n’a pas perdu son corps qui est vivant pour de bon et il nous le donne comme preuve d’amour vrai. L’amour avec lui, ça se mange !

Jésus ressuscité reste Jésus, il dit : « c’est bien moi ! » mais il envahit l’espace, même les galaxies, il travaille dans l’infiniment grand et dans l’infiniment petit, en toi, en moi et dans l’histoire de notre planète.

Enfin, c’est ce que je crois. Toujours en ligne ? Sois heureux de lui, tu seras sa joie… et la mienne ! Sr Dominique

0
0
0
s2sdefault

Samedi Saint

  Deux petits enfants syriens sont blottis l'un contre l'autre, ils regardent leur maison en    flamme, c'est fini, tout est mort. Et la petite fille dit à son frère : "Dis, c'est ça l'enfer ?" et lui de répondre : "Oui, mais nous, on s'aime".

Lire la suite

0
0
0
s2sdefault

Vendredi Saint

  La maison est vide, les volets claquent sous le vent, la porte du tabernacle est ouverte   sur rien et les bénitiers sont à sec, plus d'eau, plus de chant d'oiseau, comme après un bombardement.

C'est la nuit, et on ne voit pas comment le jour a fait pour exister.

Lire la suite

0
0
0
s2sdefault

Mercredi Saint

  5 h : réveil... Je porte dans mon cœur le refrain de ces jours, la première parole chantée à l'église : "Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu'au bout".

Lire la suite

0
0
0
s2sdefault

Sr Pacôme, novice

srpacmepresentation

  L’abbaye de Maumont, vous connaissez ?

               Suivez le guide !

  Pointez le nez sur une carte, allez au Sud Ouest et zoomez au sud d’Angoulême, vous y êtes !

   Après plusieurs stages à l’intérieur du monastère, me voici plongée dans la vie monastique avec le désir de vivre ma foi, de suivre le Christ sous cette forme de vie : celle d’un moine ! Étude, prière, et travail rythment l’humble quotidien !

J’ai été postulante durant 6 mois, puis en cheminant et avec l’aide du discernement de la responsable de formation, j’ai voulu m’engager davantage : être novice. Cela consiste à librement marcher pas à pas sur le chemin monastique sous la règle de Saint Benoît, notre saint Patron. Chouette bonhomme, un vrai homme de Dieu, succès garanti depuis le Ve siècle.

C’est alors que je suis devenue sœur Pacôme (moine du IV-Ve siècle vivant en Égypte), c’est entre nous mais c’est aussi un moine formidable ! Oui le monde monastique regorge de trésors humains, Dieu en est à l’origine, j’en suis sûre !

Alors c’est ce jour-là, le 11 novembre 2015, que Mère Abbesse, la mère supérieure m’a remis l’habit monastique, la Règle de saint Benoît, et un cierge qui signifie mon baptême.

Oui s’engager c’est faire un pas de plus, mais je ne suis pas seule ; vivre en communauté c’est se savoir guidée par des aînées qui ont cheminé avant nous. Je ne me contente pas de faire comme elles font, ce serait bien ennuyeux, mais je fais comme je suis, tout simplement avec ma foi, avec un cœur que je découvre sous le regard de Dieu. IL est le Guide que je désire chaque matin accueillir un peu plus. J’apprends à me laisser apprivoiser dans cette vie fraternelle.

0
0
0
s2sdefault

Jmjistes et moniales

logojmjNous avons accueilli au monastère, il y a quelques jours, un groupe de jeunes se préparant à partir à Cracovie pour les JMJ, avec la communauté des Chanoines de St Victor. Leur désir était de confier cette aventure humaine et spirituelle à la prière des communautés contemplatives du diocèse.

 

Quelle aventure en effet : traverser l’Europe, construire ensemble une vie de groupe, être accueillis par une autre Église, des familles et des chrétiens ayant une toute autre histoire, partager tout ce qui fait notre foi avec des jeunes venus de tous les horizons … ces journées mondiales de la jeunesse sont un véritable défi lancé à notre monde contemporain en mal de gratuité et de fraternité.

 

Si les jeunes que nous avons rencontrés portent en eux pas mal de questions, tous s’accordent pour dire que ça vaut le coup et que ces jours de rencontres risquent de bouleverser leur paysage intérieur. Le Pape François a le regard large, à la mesure de l’horizon qu’ouvre la foi en Christ et le goût de le trouver en tous et partout.

 

En écho aux paroles de ces jeunes venus nous visiter, certaines d’entre nous ont exprimé, tout simplement, ce qu’avait été pour elles les JMJ…

jmjnathalie

 

Les JMJ ? Oui, j’y étais, du moins à Czestochowa (1991) et Paris (1997), une belle aventure vécue tous ensemble, de belles rencontres, simples et parfois déroutantes … où l’on découvre que chacun dit sa foi à sa manière, qu’il a ses questions, ses doutes. Une façon d’aller à la rencontre de l’autre, des autres et de découvrir, de vivre, une Église aux multiples visages, aux divers parcours humains. Oui, elle est belle, cette Église en marche… C’est grand de pouvoir célébrer ensemble, chanter et prier, écouter et se taire, alors que nous sommes si nombreux et si différents. Sr Nathalie

 

jmjmbernardTrois JMJ (Czestochowa 1991, Denver 1993 et Paris 1997) : 3 étapes sur mon chemin qui m’ont conduite jusqu’au monastère. Les JMJ m’ont offert une magnifique vue panoramique sur l’Église dans sa dimension universelle (et jeune !!) ; et une formidable caisse de résonance pour entendre l’appel à tout recevoir et tout donner, dans une vie de prière et de service fraternel.

Pour le dire en quelques mots : les JMJ ont été pour moi temps et lieu de grâce, dont je vis encore aujourd’hui ! Sr M Bernard

 

jmjmechtilde

 

Trois étapes dans ma vie d’intimité avec le Seigneur :

1991 Czestochowa, le Seigneur m’appelait-il ? Déjà à 8 ans, et là il me le rappelle !

1997 à Paris : « Quel est ton désir profond, le cri qui jaillit de ton cœur ? » (Mgr Lustiger, messe au Champ de Mars) : être religieuse…

et 2000 à Rome, là je m'apprête à entrer au monastère quelques mois plus tard.

Vraiment, temps d'écoute du Seigneur, ouvrir son cœur, disponibilité et liberté, pour moi temps de grâce offert ; Quel beau temps ! Sans compter les rencontres faites, médiatrices du Seigneur ! Sr Mechtilde

 

jmjestelleLes JMJ : Paris (des JMJ « à la maison » mais surtout, Paris transformé : ça chantait partout dans le métro), Rome (au cœur de l'Église et sur les pas des premiers chrétiens) et Cologne : ça a d'abord été la découverte de cette foule de jeunes chrétiens, heureux de se rencontrer au-delà des différences, de partager et de célébrer ensemble. Les échanges au cours des catéchèses m'ont fait avancer dans la foi avec d'autres qui cherchaient à donner un sens à leur vie (« tous appelés à la sainteté ? » Je garde aussi le souvenir de l'accueil dans des familles, occasion d'être, avec nos pauvres mots cherchés dans le dictionnaire, témoins pour d'autres de la joie d'être chrétien. Sr Estellejmjmnoel

 

J'ai participé aux JMJ de Rome et de Cologne. Il y a bien sûr la joie de voir le Pape qui donne un beau témoignage de foi et de joie. Il a toujours un message fort pour les jeunes, même si le Pape change ! Mais les JMJ ne sont pas toujours qu'un moment ponctuel dans une vie de foi, ils peuvent être aussi un point de départ. Suite aux JMJ de Rome, un groupe de prière s'était formé sur ma paroisse. Il m'a accompagnée jusqu'à mon entrée au monastère. Merci, Seigneur, pour tous ces partages si riches ! Sr M Noël

 

thrse 1Pour ma part, les JMJ, c'est l'expérience du partage d'une foi commune en Christ avec des jeunes de pays et de cultures  si différents de ce que je suis. Sr Thérèse

 

 

Joie de ce partage que nous ouvrons à tous ceux qui vont prendre la route ou sont déjà tout proches de Cracovie, et de tous ceux qui, ne partant pas, vont rester branchés sur cet événement d’Église. Bonne route !

0
0
0
s2sdefault

Jeudi Saint

  Cette fois, ça y est, tout bascule ; ce soir, Jésus nous fait entrer dans une immense nuit qui durera trois jours et une éternité, car il nous fait entrer dans le secret de son intimité divine : "J'ai désiré d'un grand désir manger cette Pâque avec vous avant de souffrir".

Lire la suite

0
0
0
s2sdefault

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.