• Bénédictins

    Les Bénédictins

    Saint Benoît fonda le premier monastère bénédictin au 6ème siècle au Mont Cassin en Italie. Aujourd'hui encore, les frères et sœurs vivent selon sa Règle. L'Abbaye doit être une école de charité d'où rayonne la paix.
    Les moines ne préfèreront rien à l'amour du Christ
    Règle de Saint Benoît

Abbaye de Maumont

Les JMJ : un envoi !

montagejmj

Cracovie s'est invitée dans notre Charente lorsque le groupe de jeunes venu se confier à notre prière avant de prendre la route de la Pologne, est revenu nous voir pour partager cette expérience formidable qu'il venait de vivre.

Plusieurs dizaines de photos nous ont permis de sentir d'un peu plus près, tout ce qu'une une telle aventure demande et offre : long trajet en car avec panne en prime, nuitées plus ou moins confortables et longues, épreuves de santé et deuil porté ensemble... mais le don reçu des rencontres multiples, l'accueil inconditionnel du peuple polonais, le souvenir partout présent de Jean-Paul II, ont balayé toutes les fatigues et suscité au cœur des jeunes le désir d'être témoins et porteurs de la vie reçue en Église.

Les JMJ 2016, c'était aussi pour ces jeunes de recevoir en plein cœur -à travers les catéchèses- cette parole de l’Évangile : "Heureux les miséricordieux !" et de la mettre en pratique, tout de suite, sans plus attendre, entre eux et à l'égard de ceux qui les accueillaient... Pour les prêtres du groupe, le sacrement de la réconciliation fut une expérience forte et belle : don de la miséricorde du Christ à tous ceux qui, partis comme des pèlerins, demandaient la grâce de continuer le chemin forts de la force du Christ et de son amour.

L’Église se découvre dans la rencontre de tous ces visages, du Pape François aux hôtes polonais, en passant par tous ceux qui, venus du monde entier, portent témoignage ou interrogent : "Où est votre Dieu ?" Il est là, dans cette communion vécue, dans ce coude-à-coude qui ne fait pas de bruit, dans cet échange de sourire quand le dialogue n'est pas possible.

Aujourd'hui, chacun a repris le chemin de son quotidien, mais silencieusement la semence de ces journées fait son chemin dans le cœur : le regard se transforme, une parole neuve nous habite, le goût du Christ nous porte à l'engagement et au témoignage. Et nous, moniales, qui avons reçu la parole de ces jeunes, nous continuons la route autrement : porter dans la prière un événement comme les JMJ, c'est redécouvrir la dimension missionnaire de notre vie contemplative. L'appel adressé aux jeunes retentit dans notre cœur et ouvre des espaces inconnus où le Christ nous attend. Les JMJ sont vraiment un envoi, pour creuser toujours plus loin cette aventure intérieure, un appel à faire tomber les barrières, à dilater l'espace de la charité, à se laisser toucher par la miséricorde.

Comme en Afrique l'hôte qui accueille "donne la route" à celui qui repart, ainsi le Christ "donne la route" à chacun, une route à inventer jour après jour, dans la mémoire de tout ce qui a été vécu et la certitude que cela vaut le coup de lui faire confiance et de le suivre... jusqu'au bout !

0
0
0
s2smodern

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation d'un cookie qui nous aide à établir les statistiques de fréquentation de notre site.